Dakar-Echo

Visite de la Directrice Générale du FMI, Christine Lagarde

christine_lagardeLa directrice du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde est attendue aujourd’hui à Dakar pour une visite de trois jours au cours de laquelle elle va s’intéresser aux programmes mis en place par les autorités sénégalaises pour accélérer la croissance économiques et jeter les bases d’une diversification économique.

Mme Christine Lagarde, Directrice Générale du Fonds Monétaire International (FMI), est attendue aujourd’hui, jeudi 29 janvier à Dakar pour une visite de trois jours.

Selon un communiqué parvenu à la rédaction , la patronne de la FMI aura des rencontres avec les autorités étatiques du Sénégal et avec M. Tiémoko Meyliet Koné, Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Elle aura aussi des discussions avec des femmes leaders et des jeunes.

Selon le communiqué, les discussions avec les autorités sénégalaises porteront notamment sur le nouveau plan de développement, le Plan Sénégal Emergent. « Entre 2006 et 2013, la croissance est ressortie à 3,4 % en moyenne, à cause entre autres d’un climat des affaires peu propice à l’investissement, des problèmes dans le secteur énergétique et de la faible productivité des investissements publics », lit-on dans le document.

Le Conseil d’administration du FMI a conclu le 15 décembre 2014, toujours selon la source, la huitième et dernière revue des résultats économiques obtenus par le Sénégal dans le cadre du programme appuyé par l’instrument de soutien à la politique économique (ISPE).

Le dispositif de l’ISPE est conçu pour les pays à faible revenu qui n’ont pas nécessairement besoin de l’aide financière du FMI, ou ne souhaitent pas y faire appel, mais qui cherchent à bénéficier de ses conseils. L’ISPE est mis à la disposition des pays qui en font la demande. Le programme appuyé par l’ISPE a été approuvé par le Conseil d’administration le 3 décembre 2010.

Le document rappelle que Mme Lagarde a séjourné au Rwanda du 26 au 28 janvier. En sa qualité de Directrice générale du FMI, elle a déjà visité l’Afrique du Sud, la Côte d’Ivoire, le Kenya, l’ile Maurice, le Mali, le Malawi, le Mozambique, le Niger et le Nigéria.

En plus de ses rencontres avec les autorités sénégalaises, Mme Lagarde prononcera une allocution devant l’Assemblée nationale le 31 janvier et visitera une organisation caritative.

Christine Lagarde met en garde l’Afrique contre les chocs venant de la Chine et des Etats Unis
Christine Lagarde, Directrice générale du fonds monétaire internationale (FMI) a mis en garde les pays africains contre les chocs venant de la Chine et des Etats Unis.

Elle s’exprimait avant-hier mardi 27 janvier lors d’une visite au Rwanda. Aussi, la patronne de la FMI a fait savoir que les prévisions de croissance pour l’Afrique subsaharienne ont été revues à la baisse en raison du recul des prix du pétrole et de certaines autres matières premières.

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde a mis en garde les pays africains contre les effets néfastes d’un ralentissement de l’économie chinoise et d’une hausse imminente des taux d’intérêt aux États-Unis. «Le rythme de la croissance ralentit pour de nombreuses économies avancées et émergentes, dont la Chine, qui est un des principaux partenaires commerciaux de l’Afrique», a déclaré Mme Lagarde qui s’exprimait lors d’une visite au Rwanda.

Plombée par une baisse des investissements, un ralentissement de l’industrie manufacturière et une décrue des prix de l’immobilier, l’économie chinoise a enregistré une croissance de 7,4% en 2014. Ce taux de croissance, qui est le plus bas depuis 1990, devrait tomber à 7% en 2015 et à 6,8% en 2016.

Appelant l’Afrique à la «vigilance», la patronne du FMI a noté que ce ralentissement aura des retombées sur le continent qui est actuellement plus intégrée que jamais dans l’économie mondiale.

Elle a aussi fait savoir que les prévisions de croissance pour l’Afrique subsaharienne ont été revues à la baisse en raison du recul des prix du pétrole et de certaines autres matières premières, même si les perspectives globales de la région restent prometteuses, avec un taux de croissance proche de 5% .

Mme Lagarde a, d’autre part, mis en garde contre des risques d’instabilité des marchés financiers après la «normalisation imminente de la politique monétaire» aux Etats Unis, qui se traduira par une révision à la hausse des taux d’intérêt. «Même si ce processus est bien géré, il pourrait y avoir des effets négatifs pour les marchés émergents et la stabilité financière mondiale. Les économies africaines pourraient aussi être touchées», a-t-elle prévenu.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire