Dakar-Echo

Visa refusé à Megha Rajagopalan, journaliste de BuzzFeed, les Etats-Unis tancent la Chine

Visa refusé à Megha Rajagopalan, journaliste de BuzzFeed, les Etats-Unis tancent la Chine

Pékin – Les Etats-Unis sont « vivement préoccupés » par le traitement réservé aux journalistes en Chine, a indiqué vendredi l’ambassade américaine, après le refus de Pékin de renouveler le visa d’une reporter américaine.

Megha Rajagopalan, correspondante à Pékin du site internet américain d’information BuzzFeed, vivait en Chine depuis six ans.

Elle avait notamment couvert le renforcement draconien des mesures de sécurité dans le Xinjiang (nord-ouest), une région régulièrement frappée par des attentats. Ceux-ci sont attribués par les autorités chinoises à des extrémistes islamistes ou des « séparatistes ».

« Les États-Unis sont vivement préoccupés par le fait que des journalistes étrangers et locaux en Chine continuent de faire face à des restrictions excessives qui entravent leur capacité d’effectuer leur travail », a indiqué l’ambassade américaine à Pékin, en réponse à une question de l’AFP.

Elle a également dénoncé des retards dans le traitement des visas de journalistes étrangers ou encore les restrictions de mouvement vers certains lieux jugés sensibles par les autorités.

« En ce qui concerne les affaires intérieures de la Chine, l’ambassade des États-Unis devrait savoir qu’elle doit respecter la convention de Vienne et ne pas être impliquée dans des activités qui ne correspondent pas à ses attributions », a mis en garde vendredi Lu Kang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors d’un point presse régulier.

Megha Rajagopalan avait indiqué sur Twitter ne pas connaître clairement la raison derrière le refus de son renouvellement de visa. Selon elle, le ministère chinois des Affaires étrangères lui a signifié qu’il s’agissait d’une « histoire de procédure ».

Le Club des correspondants étrangers en Chine a indiqué mercredi avoir demandé des clarifications au ministère « quant au raisonnement qui a abouti à l’expulsion de facto » de Mme Rajagopalan du territoire chinois.

Dans un éditorial, le quotidien chinois Global Times, proche du pouvoir et au ton nationaliste, a critiqué la journaliste pour ses « reportages biaisés » sur le Xinjiang. « Certains médias occidentaux pensent qu’ils ont le droit de faire ce qu’ils veulent, mais de telles absurdités sont inacceptables. »

Ce n’est pas la première fois que des journalistes étrangers sont obligés de quitter le pays.

L’ex-correspondante du magazine français L’Obs, Ursula Gauthier, avait dû partir de Chine le 31 décembre 2015 à l’expiration de son visa, les autorités ayant refusé de le renouveler. Pékin l’avait accusée d’avoir défendu des actes terroristes au Xinjiang dans un article.

« Bienvenue au club des correspondants expulsés de Chine », a écrit Mme Gauthier sur Twitter à destination de Mme Rajagopalan.

Melissa Chan, correspondante du service en anglais de la chaîne Al Jazeera, avait été expulsée du territoire chinois en 2012.

Articles similaires

Laisser un commentaire