Dakar-Echo

Victoire du bulletin blanc à Touba: L’implication décisive de Cheikh Abdou Bara Dolly

Victoire du bulletin blanc à Touba: L’implication décisive de Cheikh Abdou Bara Dolly

Ce qui caractérise la ville de Touba, c’est le vote univoque chaque fois que des élections lo- cales y sont organisées. De coutume, une seule liste est présentée à ce type de scrutin et il s’agit de celle du pouvoir parrainée par le khalife général des Mourides. On l’appelle trivialement la « liste (de) Serigne-bi ». Cette absence de listes concurrentes s’explique par le souci du Khalife d’éviter des dissensions politiques au sein de la capitale du Mouridisme.

Le vote dans la ville de Touba est spécial parce que ne reposant sur aucune disposition du code électoral. Les femmes sont exclues du conseil municipal pour des raisons religieuses. Ce bien que le code électoral, en son article 266, soit formel : « Chaque liste doit respecter la parité ».

La liste ne respectant pas cette parité n’est pas recevable comme l’indique l’article 250, alinéa 2 du code électoral. L’exception qui confirme la règle est celle de Touba qui, en dépit du fait qu’elle ignore superbement l’obligation de respecter la parité, est recevable sans aucune contestation possible.

En sus, les électeurs de Touba n’ont pas le droit de choisir librement leur maire. Leur édile leur est imposé. Ce qu’il faut savoir, d’ailleurs, c’est que la liste dite de Serigne-bi n’est pas confectionnée par le Khalife général.

C’est plutôt son entourage de ce dernier et des représentants du président de la République dans la ville sainte qui mettent leurs proches sur ladite liste. De tout temps, c’est toujours un intense lobbying qui est mené pour confectionner la liste Serigne- bi. L’actuel maire apériste de Touba, Abdou Lahad Ka, exerce cette fonction alors qu’il ne jouit d’aucune légitimé populaire.

Seuls 29 électeurs ont voté pour lui contre 103 bulletins blancs et plus de 300 mille abstentions. Et pour montrer que le sieur Abdou Lahad Ka ne bénéficie pas de la confiance des populations de Touba, le député Cheikh Abdou Bara Dolly Mbacké, candidat à la commune de Mbacké, a demandé aux populations de Touba d’exprimer leur désaffection par rapport au maire sortant en allant voter pour le bulletin blanc. Ce qui a été fait même si les abstentionnistes ont remporté la palme du rejet du choix de l’entourage du Khalife

Une autre localité religieuse, Mpal, a emboité le pas à Touba. Là- bas aussi, une seule liste (celle de Bennoo) bénie par le khalife de la commune de Mpal a été soumise aux votants. Mais à la différence de Touba, il n’y a pas eu de billets blancs. Ce qui fait que le vote a été à sens unique.

Dans la capitale du mouridisme, contrairement aux autres années, à côté du bulletin unique de Bennoo Bokk Yaakaar (BBY), il y avait le bulletin blanc. Et comme le préconise l’article 75 du code électoral, il y a autant de bulletins blancs que de bulletins marron-beige.

Il faut rappeler que le vote blanc est un acte citoyen qui se distingue de l’abstention. L’électeur se déplaçant jusqu’à son bureau de vote, exprime une volonté politique de participer au scrutin pour dire son refus de choisir le ou les candidat(s) en lice.

Le vote blanc majoritaire des populations de Touba indique une volonté de participer au débat démocratique tout en exprimant un refus du choix proposé. Son message politique est clair et n’autorise qu’une seule interprétation : « le candidat Abdou Lahad Ka ne nous convient pas ».

Et Serigne Abdou Bara Dolly Mbacké, originaire de Touba, donc concerné par la gestion de cette grande ville, a non seulement battu campagne pour conquérir la mairie de Mbacké mais a aussi incité les populations de sanctionner Macky Sall à travers son représentant local, l’édile sortant Abdou Lahad Ka.

Macky Sall s’est enorgueilli d’avoir mis Touba dans sa poche lors de l’inauguration de l’hôpital de Touba. Aujourd’hui, après la campagne ardemment menée par le député Serigne Abdou Bara Dolly Mbacké, le président Macky Sall s’est rendu compte que la ville de Touba lui a tourné le dos.

Avec 78 % des suffrages exprimés, le vote blanc préconisé par Serigne Abdou Bara a triomphé devant les bulletins marron-beigne qui n’ont engrangé que 22 % des votes.

Selon le député de Bokk Gis Gis, Macky Sall pensait que les faveurs financières et foncières accordées à une camarilla maraboutique, que la réalisation de l’autoroute Ila Touba d’un coût de 400 milliards et que le nouvel hôpital de niveau 3 Cheikh Ahmadou Bamba d’un coût de 40 milliards F CFA, doté d’équipements de dernière génération et d’une capacité d’accueil de 300 lits…bref que tout cela allait lui valoir la sympathie — et donc les suffrages — des populations de Touba.

Et ce, surtout après le mariage de Mbourou ak Sow (Macky-Idy). Lors de la dernière présidentielle, en effet, Idrissa Seck avait remporté haut la main les élections à Touba en ayant engrangé 129.724 voix soit 57,62 % des suffrages, devant Macky Sall et Ousmane Sonko totalisant respectivement 67.745 voix, soit un taux de 30,09 %, et 12 686 voix, soit 5,63 %. Par la magie de l’arithmétique politique, Mbourou et Sow pensaient qu’ils allaient faire le plein dans la capitale du mouridisme.

Erreur ! Car, sur les 400 000 inscrits de Touba, seuls… 132 électeurs se sont déplacés pour voter. Croire qu’ils allaient plébisciter la liste de Benno Bokk Yaakar (BBY), c’était en effet sous-estimer la conscience citoyenne et la maturité démocratique des électeurs de Touba qui ne sont pas du bétail électoral malléable, taillable et corvéable à merci.

Touba, une commune dirigée par un maire qui n’a pas la confiance des populations
Au moment où la coalition BBY récoltait 29 votes, le bulletin blanc se taillait la part du lion avec un score de 103 voix. Ce qui montre que les électeurs de Touba ont tourné le dos à la coalition Mbourou ak Sow. Ils ont préféré massivement s’abstenir. D’ailleurs, cette abstention, qui n’a pas la même signification qu’une abstention dans un scrutin où les candidats sont multiples, est une autre forme de déni du choix de l’entourage du Khalife.

Pour Cheikh Abdou Bara Dolly, aujourd’hui, la commune de Touba va encore être dirigée par un maire qui ne bénéficie pas de la confiance de ses populations. D’ailleurs Serigne Fallou Mbacké, président du Conseil départemental, a demandé, au lendemain du triomphe du bulletin blanc et de l’abstentionnisme, au maire réélu de rendre le tablier puisque les populations qu’il est censé diriger lui ont tourné le dos.

Le résultat de la dernière élection locale est un motif pour repenser la liste Serigne-bi dans la confection de laquelle le Khalife n’a aucune prégnance. Car c’est son entourage qui se revêt du manteau califal pour imposer les choix du président de la République dans la ville sainte.

Enfin pour Serigne Cheikh Abdou Bara Dolly, les électeurs de la capitale du mouridisme, qui ont gagné en maturité, comprennent de plus en plus que le vote est un choix puisé du tréfonds de leur conscience. Par conséquent, ils n’hésiteront pas en pareille occurrence — celle d’un choix imposé — de s’abstenir massivement ou de s’exprimer à travers le bulletin blanc.

Serigne Saliou Guèye

Articles similaires

Laisser un commentaire