Dakar-Echo

Une journée sans presse décrétée au Tchad par l’Union des Journalistes Tchadiens

Une journée sans presse décrétée au Tchad par l’Union des Journalistes Tchadiens

L’Union des journalistes tchadiens (UJT), en protestation contre un «acharnement sur les médias», a appelé, lundi, tous les médias du pays à faire de mercredi, «une journée sans presse».

Selon le président de l’UJT, Berngar Larmé, qui donnait un point de presse, il est temps que les journalistes se rebiffent après avoir enduré plusieurs mauvais traitements.

A ce propos, le président de l’UJT a cité la violation des locaux de la radio Oxygène, les traitements inhumains et dégradants infligés à certains journalistes lors des manifestations.

Par ailleurs, plusieurs responsables des organes de presse ont, en l’espace de deux ans, reçu des convocations de la police judiciaire qui, après audition les a jetés en prison ou relaxés, après un procès.

«Dans nos provinces, les médias et les journalistes sont à la merci de gouverneurs, préfets, sous-préfets, commandants de brigade, etc. Nous citerons, en exemple, la fermeture des radios Takadji de Bodo et Bargadjé de Kélo», a dénoncé Berngar Larmé, avant de souligner que la «journée sans presse» permettra de «dénoncer ces comportements et exiger de tous les autres corps de métiers un minimum de respect au métier du journaliste».

« Durant cette journée sans presse, les télévisions, les radios ne doivent rien diffuser, et les journaux ne doivent pas paraître, et leurs vendeurs ne doivent même pas circuler avec des anciens numéros», a martelé le président de l’UJT.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire