Dakar-Echo

Un seul nom sur les bulletins lors des élections législatives en Corée du Nord

Un seul nom sur les bulletins lors des élections législatives en Corée du Nord

Les Nord-Coréens se sont rendus aux urnes dimanche pour des élections législatives dont il ne sortira qu’un seul vainqueur. Ils ont l’habitude…

Les électeurs Nord-Coréens se sont rendus aux urnes dimanche pour renouveler leur Parlement. Tous les cinq ans, ils sont appelés ainsi à désigner les membres de l’Assemblée suprême du peuple. Une certitude déjà : il n’en sortira qu’un seul vainqueur.

Les bulletins de vote ne proposaient en effet qu’un seul nom par circonscription, dûment approuvé par le Parti des travailleurs. Les électeurs pouvaient le barrer s’ils le souhaitaient, ce qu’ils n’osent pas faire.

Dans les bureaux de vote trônaient en bonne place des portraits de Kim Jong Il et Kim Il Sung, le père et le grand-père de Kim Jong Un. Depuis trois générations, leur formation dirige d’une main de fer la République populaire démocratique de Corée.

Lors des dernières élections en 2014, le taux de participation s’était élevé à 99,97 %, selon l’agence officielle KCNA. Seuls ceux qui se trouvaient à l’étranger ou « travaillaient en mer » n’avaient pas pris part au scrutin. Les candidats ont obtenu 100 % des voix des électeurs de leur circonscription, un résultat inégalé ailleurs dans le monde.

« Dans notre société, le peuple est rassemblé autour du Leader suprême respecté dans un même esprit », explique Ko Kyong Hak, assesseur présent dans l’usine de câbles de Pyongyang 3.26 (du 26 mars). Participer au scrutin est obligatoire, a-t-il souligné. « Et personne ne rejette les candidats ».

Un message que martèle le journal du parti, Rodong Sinmum. Les électeurs « doivent prouver avec leur bulletin leur loyauté au parti et au leader, leur soutien absolu au gouvernement de la RPDC et leur volonté de partager jusqu’au dernier leur destin avec le socialisme ».

Kim Jong Un était candidat au Mont Paektu, un volcan qui sommeille à la frontière avec la Chine révéré comme le berceau spirituel du peuple coréen. D’après KCNA, il avait remporté 100 % des voix, avec un taux de participation de 100 %.

Certains sièges sont réservés à deux formations mineures, le Parti social-démocrate de Corée et le Parti chondoïste Chongdu, qui tire ses racines d’un mouvement religieux coréen du XXe siècle.

Les deux partis appartiennent à la même alliance que le parti au pouvoir. D’après les analystes et les diplomates, ils n’ont pas d’existence réelle, ne comptant que de petits bureaux à des fins de propagande.

Le Parti des travailleurs de Corée du Nord s’est passé de Congrès pendant près de 40 ans. Le dernier gouvernement important d’un grand pays à se passer totalement d’élections fut celui de l’Allemagne nazie.

Articles similaires

Laisser un commentaire