Dakar-Echo

Un plan américain quadriennal pour booster « le consommer local » au Sénégal

Un plan américain quadriennal pour booster « le consommer local » au Sénégal

Le Plan national de l’Initiative alimentaire pour l’avenir (Feed the Future 2018-2022), financé par le gouvernement américain au profit de 12 pays dans le monde, dont le Sénégal, vise à accroître la production et la consommation d’aliments de différentes spéculations auprès des communautés clientes du projet, a expliqué, jeudi soir à Dakar, le directeur du projet, Karl Rosenberg.

« Notre objectif général à Kawolor (nom du projet) est d’accroître au sein des communautés clientes du projet, la production, la commercialisation et la consommation d’aliments diversifiés, sains et nutritifs », a dit l’Américain, intervenant au lancement de ce plan alimentaire quadriennal (2018-2022), dénommé Kawolor et concernant au total huit régions du Sénégal. Elles vont du sud au delta du pays en passant par le centre.

« Kawolor est un concept diola (ethnie basée en Casamance, au sud pays) choisi par les communautés pour communiquer une dynamique d’abondance, de reproduction et de prospérité. Le projet intervient dans les régions de Sédhiou, Kolda, Ziguinchor (sud), Fatick, Kaolack, Kaffrine (centre), Saint-Louis et Matam (nord) », a expliqué M. Rosenberg.

Le projet, a-t-il ajouté, « compte toucher 150.000 ménages, soit 1.500.000 personnes » à travers l’approche Agriculture pour la nutrition (APN) dont l’objectif est de résoudre les problèmes de santé en améliorant la nutrition des populations ciblées.

Le projet, coordonné par l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID), se fixe parallèlement « trois défis majeurs » : l’autonomisation des femmes, l’employabilité des jeunes et l’appropriation des interventions par le Sénégal pour en assurer la durabilité.

Pour l’ambassadeur des Etats-Unis au Sénégal, Tulinabo Mushingi, « l’objectif commun » visé à travers l’initiative Feed the Future « est réduire la faim, la malnutrition et la pauvreté au Sénégal ». Selon le diplomate, l’atteinte de cet objectif passe par la réussite de trois paris : l’exploitation du potentiel agricole « pour en faire le moteur de la croissance économique », le renforcement de la résilience et l’amélioration de la nutrition.

Le représentant du ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Dogo Seck, s’est longuement inspiré, lui, d’un sketch réalisé au cours de la cérémonie par des acteurs culturels et incitant les Sénégalais à « consommer » ce qu’ils produisent. Ce message, note-t-il, « illustre » fort bien la vision du chef de l’Etat, Macky Sall, exprimée à travers le Plan Sénégal émergent (PSE).

Et à travers ces différents projets, M. Seck a estimé que le « vœu » de l’ambassadeur Mushingi de voir disparaître au Sénégal les aides alimentaires « va se réaliser pour très bientôt ».

En marge de la cérémonie, il y a eu à l’endroit du public des expositions culinaires et des exhibitions culturelles typiquement sénégalaises.

Ainsi des sketchs sur le cousinage à plaisanterie ont été joués par des acteurs culturels issus d’ethnies dont les terroirs sont situés dans les zones traversées par le projet Kaworal.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire