Dakar-Echo

Un charlatan Sénégalais dans les filets de la Justice mauritanienne

palais de kustice_mauritanieAlioune Sy est un charlatan. C’est un Mauritanien du nom de Mamadou qui l’y avait amené, (c’est-à-dire, en Mauritanie), persuadé de ses dons ésotériques. Mamadou avait en effet rencontré Alioune Sy, qui lui disait originaire de Casamance, cette région réputée pour ses marabouts.

Mais une fois au village, peu de kilomètres de Kaédi, la place où Mamadou voulait utiliser ses pouvoirs supposés pour remporter un tournoi, la déception fut au rendez-vous. S’étant rendu compte qu’Alioune n’était qu’un charlatan, il se débarrassa de lui. Mais le faux marabout s’incrusta et eut l’opportunité de plumer des esprits naïfs.

Le plus ferré fut sans doute un autre Mauritanien qui le contacta pour un problème d’impotence. Alioune lui donna rendez-vous à Nouakchott. Mais le nouveau client ne retrouva pas sa vigueur d’antan, malgré les mixtures qu’Alioune lui fit ingurgiter.

Il dira au contraire avoir été envoûté par le charlatan qui lui soutira à petites doses, une somme de 2.700.000 UM. Il remerciera Allah (SWT) d’avoir repris ses esprits, dira-t-il, car il porta plainte contre le charlatan auprès du Commissariat de Sebkha 1.

Le Commissaire Ahmedou Ould Baba prit l’affaire en main. Après des recherches, ils, c’est-à-dire, le Commissaire, Abdoulaye Diabira et El Kory, parvinrent à épingler le charlatan. Il était en compagnie d’un ami, Ismaïla, qui fut embarqué avec lui au Commissariat.

Convoqué pour l’identification, le plaignant le reconnu formellement. Sept autres plaintes attendaient Alioune Sy dont celle d’une femme. Tous affirmèrent avoir été dépouillés par le faux marabout qui ne parviendra jamais à satisfaire leurs services malgré les sommes importantes qu’ils lui ont donné. Lundi 2 février 2015, Alioune et son ami sont déferrés au Parquet de la République auprès du Tribunal de Nouakchott, l’Empire Islamique des Sables.

Ismaël n’était pas impliqué dans aucune des affaires dans lesquelles Alioune était trempé, car aucun des plaignants ne l’a accusé, même de complicité, car ils ne l’ont jamais vu auparavant. Ismaël d’expliquer au Procureur de la République qu’il n’a jamais pris part dans les combines d’Alioune et que c’est le hasard qui a voulu qu’il soit avec lui le jour de son arrestation. Il fut libéré alors qu’Alioune fut jeté en prison par le juge du 6ème cabinet qui traita le dossier.

Abou Cissé avec CRIDEM

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire