Dakar-Echo

Un centre de formation en énergie solaire mis en place à Tambacounda

Un centre de formation en énergie solaire mis en place à Tambacounda

Le directeur du Centre d’énergie Solaire, d’hygiène et de formation professionnelle de Tambacounda, Abdou Karim Sané s’est engagé depuis plusieurs années à « renforcer l’estime de soi’’ chez les jeunes en menant des actions participatives pour le développement durable de la région.

Avec son association « Le Cercle des amis de Tambacounda », il a construit en 2003, le Centre d’énergie solaire, d’hygiène et de formation professionnelle qui fait figure de projet pilote pour l’éducation populaire dans la région.

« Dans le but de créer de nouvelles perspectives d’éducation à Tambacounda, nous avons commencé la construction du centre de formation qui fait figure de projet pilote pour l’éducation populaire dans la région avec l’utilisation de l’énergie solaire », a expliqué M. Sané.

Immigré pendant 33 ans en Allemagne, Abdou Karim Sané a rejoint l’Europe dans les années 80 par voie terrestre. A bord du train express Dakar – Bamako, il séjourne quelques temps au Mali avant de rallier les pays du Maghreb, puis la France. Cette traversée du désert a duré six ans.

Arrivé en Allemagne en 1986, avec le statut d’étudiant et d’homme noir, il fallait « croire à mes capacités intellectuelles et renforcer mon estime de soi pour se faire une place dans le monde des blancs », a expliqué M. Sané, retraçant son « parcours de combattant de Tambacounda (Sénégal) à Francfort (Allemagne) pour un meilleur vécu ».

Sur place, le travail du jeune sénégalais consistait à aider les adolescents allemands et sénégalais à s’insérer aussi bien dans son pays d’origine que dans son pays d’accueil, à travers des échanges bilatéraux.

S’inspirant de son parcours, Sané a créé un module de formation au profit des écoles où il dispensait des cours après sa formation en énergie. Pour lui, les diverses possibilités de formation ont permis aux habitants d’élargir leur horizon, d’avoir la perspective d’un métier et de reconnaître leur propre potentiel.

Quelques années plus tard, Abdou Karim Sané rentre au bercail. Il essaye d’ouvrir un centre de formation professionnelle pour les jeunes afin de les décourager par rapport à l’immigration. « La jeunesse de Tambacounda et des villages environnants demeure une de mes préoccupations majeures. Elle doit croire à ses talents pour développer durablement son terroir avec les moyens du bord », dit-il.

Avec de nouvelles connaissances et une conscience de soi plus forte, ils (les jeunes) peuvent ainsi s’investir dans l’amélioration des conditions de vie dans leur région, a estimé M. Sané qui dit n’avoir jamais eu d’appui conséquent durant sa jeunesse pour réussir socialement.

En outre, a-t-il ajouté, « nous essayons de leur transmettre une image différenciée de l’Europe à travers des manifestations et des ateliers afin de lutter contre l’exode de Sénégalais et Sénégalaises talentueux ». Aussi, perçoit-il ce travail de sensibilisation comme un complément de son ‘’combat pour le développement à Tambacounda ».

Avec l’aide de son entreprise spécialisée dans l’énergie solaire, M. Sané a équipé le Centre de Tambacounda d’une centrale photovoltaïque de 5 KW qui répond aux normes les plus actuelles et assure une alimentation en électricité sans faille. Même la nuit tombée, la centrale reste performante car les batteries stockent l’énergie excédentaire de la journée.

Ainsi, le Centre s’est affranchi des ruptures de courant qui surviennent dans le réseau public. Cette amélioration profite au cyber-café du centre et permet un déroulement des formations sans problème.

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire