Dakar-Echo

Un autre grand procès dans trois mois à Dakar, comment va se passer le procès de Hissène Habré ?

BEST QUALITY AVAILABLE  Pope John Paul II and Chadian President Hissene Habre listen to the National Anthem during the departure ceremony at N'Djamena AirportLa nomination des magistrats devant siéger à la Chambre africaine extraordinaire d’assises va intervenir d’ici la semaine prochaine. La révélation est du procureur général près les Chambres africaines extraordinaires.

Selon Mbacké Fall, ces nominations ne devraient pas tarder puisque le parquet général a estimé ne pas devoir faire appel suite à l’ordonnance de renvoi de la Chambre d’instruction, au motif qu’il considère avoir été suivi dans ses réquisitions.

«Nous attendons, d’ici la semaine prochaine, l’information sur la nomination des magistrats qui seront chargés de diriger les Chambres africaines extraordinaires d’assises. On a déjà lancé un appel à candidatures et il revient à l’Union africaine (Ua) de choisir ces magistrats», informe le procureur du Tribunal spécial.

Le magistrat renseigne que cette chambre de jugement du Tribunal spécial sera présidée par un juge africain sélectionné par l’Union africaine, sur proposition du Conseil supérieur de la magistrature. Il sera secondé dans sa tâche par deux magistrats sénégalais dont un titulaire et un suppléant choisis dans les mêmes circonstances.

Pas de retransmission en direct du procès !

Interrogé sur les modalités de diffusion du procès par les médias, le procureur Mbacké Fall exclut toute idée de retransmission en direct. Mais il avance la thèse d’enregistrement suivi de diffusion, comme le prévoit la réglementation en la matière. «Les textes ne parlent pas de retransmission en direct.

On parle d’enregistrement et de diffusion, mais tout se fera sous l’autorisation du procureur général des Chambres africaines d’assises. Il y a eu des pratiques au cours de procès internationaux, nous allons nous inspirer de ces pratiques», renseigne le parquetier du Tribunal spécial.

Revenant sur le non-partiel prononcé par la Chambre d’instruction, le procureur Mbacké Fall estime que cette décision concerne les deux crimes sous-jacents au crime de guerre pour lesquels le juge d’instruction n’a pas ramassé le maximum de charges. Avec notamment «appropriation et destruction non justifiés par des nécessités militaires et à grande échelle de biens».

Le réquisitoire introductif du procureur général visait six personnes, mais seul Habré est renvoyé en jugement. Mbacké Fall s’en explique : «Nous n’avons aucune preuve que les mandats d’arrêt sont exécutés.

On ne peut pas renvoyer en jugement des personnes qui ne sont pas entendues dans la procédure et qui n’ont pas le statut d’inculpé. Saleh Younouss et El Jonto ne font pas l’objet d’un procès-verbal de recherches infructueuses.»

Lors de son face-à-face avec la presse, le procureur général a indiqué qu’une centaine de témoins à charge et à décharge vont défiler à la barre. Seulement, la question du transfert des témoins demeure une équation face au refus de collaboration de l’Etat tchadien.

Suite à l’ordonnance de renvoi de 187 pages rendue publique vendredi dernier, Hissène Habré est renvoyé en jugement devant la Chambre africaine extraordinaire d’assises pour trois infractions relevant du droit international : «crime de guerre, crime contre l’humanité et tortures».

Pape NDIAYE

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire