DiasporaFaits divers

Trente-quatre migrants originaires d’Afrique Subsaharienne portés disparus après le naufrage de leur bateau

Trente-quatre migrants originaires de pays d’Afrique subsaharienne sont portés disparus après le naufrage de leur bateau vendredi au large de la Tunisie, a indiqué un porte-parole judiciaire.

Le bateau, parti jeudi du littoral de la région de Sfax (centre-est) en direction des côtes italiennes, transportait 38 passagers, dont quatre ont pu être secourus, a précisé le porte-parole du tribunal de première instance de Sfax, en charge de l’enquête.

Selon le porte-parole, Faouzi Masmoudi, tous les migrants à bord du bateau sinistré sont des ressortissants de pays d’Afrique subsaharienne, une communauté qui vit dans l’angoisse en Tunisie à la suite d’un violent discours du président Kais Saied sur l’immigration clandestine.

L’ONG Alarm Phone, un collectif de bénévoles qui gère une ligne téléphonique d’urgence pour les migrants en difficulté, a pour sa part affirmé vendredi matin sur son compte Twitter que « 40 personnes sont en danger de noyade en Méditerranée centrale »

« Un proche nous a signalé une embarcation en détresse qui tentait de fuir la #Tunisie. Les personnes rapportent que les soi-disant garde-côtes tunisiens ont démonté leur moteur, battu certains d’entre eux, et les ont abandonnés en mer.

Mettez fin à cette violence! », a ajouté l’ONG. Le 21 février, M. Saied avait affirmé que la présence en Tunisie de « hordes » d’immigrés clandestins provenant d’Afrique subsaharienne était source de « violence et de crimes » et relevait d’une « entreprise criminelle » visant à « changer la composition démographique » du pays.

« Pression migratoire »
Après cette charge, un bon nombre des 21.000 ressortissants d’Afrique subsaharienne recensés officiellement en Tunisie, pour la plupart en situation irrégulière, avaient perdu du jour au lendemain leur travail –généralement informel– et leur logement, du fait de la campagne contre les clandestins.

La plupart des migrants africains arrivent en Tunisie pour tenter ensuite d’immigrer clandestinement par la mer vers l’Europe, certaines portions du littoral tunisien se trouvant à moins de 150 km de l’île italienne de Lampedusa.

Après ce discours, condamné par des ONG comme « raciste et haineux », des ressortissants de pays d’Afrique subsaharienne ont fait état d’une recrudescence d’agressions à leur encontre et se sont précipités par dizaines à leurs ambassades pour être rapatriés. Au moins quatre naufrages meurtriers, dont celui de vendredi, de bateaux transportant des migrants, dont de nombreux Ivoiriens, ont été enregistrés au large de la Tunisie depuis début mars.

Le porte-parole de la Garde nationale tunisienne a indiqué vendredi que 1.080 migrants, dont 25 Tunisiens, avaient été interceptés depuis jeudi au large de la Tunisie à bord de bateaux en route clandestinement vers les côtes italiennes. Le même porte-parole avait fait état la veille de 2.034 autres migrants interceptés entre mercredi et jeudi et de la mort de sept autres, des Africains subsahariens, dans le naufrage de leur bateau.

Le président Emmanuel Macron et la Première ministre italienne Giorgia Meloni ont appelé vendredi à soutenir la Tunisie, confrontée à une grave crise financière, afin de contenir la « pression migratoire » que ce pays représente pour l’Europe.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a quant à lui averti lundi que la situation en Tunisie était « très dangereuse », évoquant même un risque d' »effondrement » de l’Etat susceptible de « provoquer des flux migratoires vers l’UE et d’entraîner une instabilité dans la région MENA » (Moyen-Orient et Afrique du Nord). Une analyse qualifiée de « disproportionnée » et rejetée par Tunis.

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 191

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *