Dakar-Echo

Talla Sylla tacle Idrissa Seck en rejetant le vote du budget de la mairie de Thiès

Talla Sylla tacle Idrissa Seck en rejetant le vote du budget de la mairie de Thiès

Lors du vote du budget 2018 de la ville de Thiès, ce weekend, le fossé s’est creusé davantage entre Talla Sylla et ses ex alliés de Rewmi. En effet ces derniers ont montré leur hégémonie au sein du conseil de ville en votant majoritairement contre ledit budget.

Face à la presse, Talla Sylla a sévèrement taclé Idrissa Seck avant d’annoncer qu’il a désormais rejoint Macky Sall, pour combattre les fossoyeurs de la ville de Thiès. Dans le même sillage, il a renoncé à sa candidature à la présidentielle de 2019, pour soutenir Macky Sall.

Le Conseil municipal de la ville de Thiès de ce week-end a été particulièrement houleux et par moment, les échanges de coups de poing ont été évités de justesse. Et sur les deux premiers points à l’ordre du jour, en l’occurrence le vote des comptes administratifs et le vote du budget pour l’exercice 2018, le Rewmi a montré son hégémonie en refusant de les voter.

Face à la presse, le maire Talla Sylla a sévèrement taclé Idrissa Seck en affirmant : «Si Idrissa Seck était président de la République, il serait pire qu’Hitler».

Et dans ce sillage, il a déclaré qu’il a renoncé à sa candidature de 2019, pour soutenir le président Macky Sall, dans le combat contre les fossoyeurs de la ville de Thiès. « C’est un attentat ourdi contre la ville de Thiès et en tant que premier magistrat, mon devoir est de la défendre. C’est pourquoi je renonce à ma candidature en 2019 et je vais soutenir le président Macky Sall, même si nous avons des divergences profondes sur certaines questions essentielles. J’essaierai de trouver des espaces d’échanges avec lui, pour résoudre ces questions, afin de contribuer à écarter, éradiquer, nettoyer la gangrène politicienne», dit-il.

Pour Talla Sylla, Idrissa Seck n’a jamais mis les pieds au conseil de ville et pourtant il n’a jamais démissionné. Ce qui montre qu’il n’a aucun respect pour cette institution et pour la ville de Thiès d’où cette mobilisation des forces politiciennes pour barrer la route à Thiès et par tous les moyens. Talla Sylla déclare que lors de sa prise de fonction en tant que Maire de la ville de Thiès, il avait affirmé que les conseillers venaient d’élire Thiès. Et de ce point de vue dit-il, il n’a jamais considéré l’écharpe de maire comme une médaille, mais un symbole qui le renvoie au devoir d’être au service exclusif de Thiès.

«Depuis cette date du 24 juillet 2014, je me suis évertué avec engagement et détermination, à donner corps à cette déclaration, parce que Thiès a besoin d’un maire engagé, d’un maire présent, d’un maire qui comprend sa mission. C’est pourquoi j’ai marqué ma présence dans les églises, les mosquées, les chants religieux, les funérailles bref sur tous les terrains où les thiessois ont besoin de la présence de leur maire», a martelé l’édile de Thiès.

A en croire Talla Sylla, dès le début il s’est également investi à casser les relations heurtées qui existaient entre la ville de Thiès et l’Etat du Sénégal. «Aucun maire n’a jamais rien réussi, sans l’accompagnement de l’Etat. Et si Idrissa Seck avait réussi certains investissements à Thiès, c’est parce qu’il était aux côtés de Me Abdoulaye Wade alors président de la République. D’ailleurs depuis lors, il n’a même pas planté un arbre à Thiès.

Il s’y ajoute qu’il y a l’article 172 dernier alinéa du code des collectivités locales qui dit que le maire est responsable de la mise en œuvre dans sa ville, de la politique de développement économique et social définie par le gouvernement ». De ce point de vue note Talla Sylla, il est essentiel que la ville entretienne les meilleurs rapports de courtoisie avec l’Etat et ses démembrements.

De l’avis de Talla Sylla, il a proposé au conseil le vote de tous les comptes administratifs depuis 2010, ce qui montre que l’ancienne équipe municipale n’a jamais daigné présenter un compte administratif au conseil alors que la nouvelle a présenté tous les comptes la concernant et même celui de 2017. Et dans la salle dit-il, personne n’a pris la parole pour pointer du doigt une erreur ou une faute de gestion. Et sur les trois points de l’ordre du jour renseigne Talla Sylla, ils n’ont voté que celui relatif à l’utilisation du corbillard parce que leur ambition est d’y mettre la ville de Thiès.

L’ADJOINT AU MAIRE DE THIES-EST EXPLIQUE LE REJET

Cheikh Tidjane Lô, premier adjoint au maire de Thiès-est et porte-parole du jour des conseillers de Rewmi estime que l’année dernière, le maire Talla Sylla avait présenté un compte administratif dans lequel il y avait des dépenses dont les réalisations concrètes n’ont pas été constatées sur le terrain.

«Nous lui avions demandé de présenter le compte de gestion pouvant permettre de faire la comparaison. Aujourd’hui encore, cette même question est revenue. Nous avons vu des dépenses dans le compte administratif alors que sur le terrain, il n’y a aucun investissement correspondant. Et en tant que conseillers municipaux qui doivent veiller sur la gestion transparente de l’argent du contribuable, nous lui avons demandé où est passé cet argent, qui doit être utilisé pour répondre aux préoccupations des populations et non pour assouvir des ambitions politiques. C’est la raison pour laquelle le compte administratif de 2015 a été rejeté par la majorité des conseillers. En ce qui concerne le compte administratif de 2017, c’est insensé de vouloir s’y prononcer alors que les conseillers n’en détiennent aucune trace et c’est la raison pour laquelle, il a également subi le même sort ».

Pour le vote du budget 2018, Cheikh Tidjane Lô affirme qu’en 2015, le maire avait présenté un budget de 2 milliards de Fcfa et au finish, il n’a recouvré que 512 millions de Fcfa, en 2016 le même budget est reconduit et il ne recouvre que 520 millions et pour l’exercice 2017, c’est encore la même chose. Puisque depuis 2015, il ne peut pas atteindre la barre des 600 millions de Fcfa, qu’il essaie de revoir sa copie et présenter un budget sincère et par respect à ce principe dit-il, le budget de 2018 a également été rejeté.

SIRE DIA DG DE LA POSTE, LA GRANDE ATTRACTION

La tournure des évènements a ravi la majorité présidentielle, symbolisée par la présence de Pape Siré Dia Directeur général de La Poste,par ailleurs, tête de liste départementale de la coalition Benno Bokk Yaakaar lors des dernières élections législatives.

Comme la dernière fois, Pape Siré Dia a assisté au vote du budget et il était également dans la salle lors de la déclaration de Talla Sylla où il était la grande attraction. En effet, même si Talla Sylla a subi un revers électoral dans la commune lors des dernières élections législatives, son soutien public à Macky Sall constitue un acte politique, qui peut être préjudiciable à Idrissa Seck.

Mbaye SAMB

dakarecho@gmail.com'

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire