Dakar-Echo

Système bi

Système bi

Ce sont les militants de la première heure qui vont s’arracher les cheveux. Eux qui ont bravé la poussière et aléas climatiques pendant que les autres se prélassaient dans leur salon.

Il est prêté au Chef l’idée de vouloir renvoyer les politiciens à leurs fourneaux pour s’entourer de technocrates. Depuis que le concept a été agité, y en a qui semblent être assis sur des braises.

Soit ! A écouter les uns et les autres, c’est comme si c’est la première fois que l’on tente cette expérimentation. L’alchimie n’est pas toujours porteuse de progrès.

Que l’on soit politicien ou technocrate, le secret de la réussite réside dans les qualités managériales. On peut être un technocrate ou politicien, et piètre manager.

Nous sommes à l’époque des managers. Mais dans ce charmant pays où siéger en Conseil des ministres est signe d’ascension sociale, tout marche à l’envers.

Les gens étant plus pressés pour se faire une santé financière qu’à penser au devenir de la nation. Et pendant ce temps, ceux que l’on appelle nos valeureux « Jambars » vivent dans la précarité.

Le malheureux soldat qui a raté son braquage, cherchait de quoi baptiser son enfant. Le pauvre ! Victime ainsi de la société et du système qui instaure des caisses noires, pendant que le peuple crève de faim.

Jeudi 4 avril, on verra ces valeureux combattants défiler. Mais tout le monde ignore ou se f… de leurs conditions de vie qui sont loin d’être des meilleures.

Ça, c’est le  système, même si on ne peut encourager le baroud d’honneur du pauvre soldat braqueur.

Mais quand on a le dos au mur avec le regard de cette funeste société de « puukare », ça donne ce qui s’est passé au point Wafacash !

Articles similaires

Laisser un commentaire