Dakar-Echo

Sydney: L’Australie sous le choc après la mort de deux otages

AUSTRALIA-SIEGE-HOSTAGEL’émotion était à son comble en Australie, où les habitants ont appris à leur réveil la mort de deux otages. La solidarité des Australiens envers les musulmans s’est exprimée sur les réseaux sociaux.

Deux otages et un militant islamique radical d’origine iranienne ont été tués dans la nuit de lundi à mardi 16 décembre dans l’assaut des policiers d’élite contre le café de Sydney où le forcené retenait ses otages, mettant fin à un siège de 16 heures qui laisse l’Australie sous le choc.

Les drapeaux ont été mis berne sur tous les bâtiments du gouvernement de l’état de Nouvelle-Galles du Sud et du Commonweath.

Les commandos de la police ont fait usage de grenades à percussion et de leurs armes en intervenant aux premiers heures dans le Lindt Chocolat Cafe, sur Martin Place, esplanade piétonne située au cœur de la plus grande ville d’Australie.

Les policiers ont donné l’assaut après avoir entendu des coups de feu. Le preneur d’otages, identifié par les médias australiens comme étant Man Haron Monis, 50 ans, a été tué dans l’échange de tirs qui a suivi, a expliqué le chef de la police de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud, Andrew Scipione.

Les deux otages décédés ont été identifiés

Deux des otages, un homme de 34 ans et une femme de 38 ans mère de trois enfants identifiée comme étant Katrina Dawson, ont également été tués. Plusieurs personnes ont été blessées.

Il y avait au total 17 otages dans le café, où le forcené, en liberté sous caution pour plusieurs faits de violences, n’avait pas placé d’explosifs. Cinq otages avaient réussi à s’échapper quelques heures auparavant.

Lourd passé et instabilité mentale

Hostage-taker identified as Man Haron MonisL’homme «a un lourd passé de violences criminelles, d’attirance pour l’extrémisme et d’instabilité mentale», a déclaré le Premier ministre Tony Abbott.

Il avait contraint les otages à tendre sur la vitrine du café un drapeau noir portant des caractères arabes mentionnant la «shahada», ou profession de foi musulmane: «Il n’y a de Dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète».

Des leçons à tirer

«Au fur et à mesure du siège» du café, le preneur d’otages «a cherché à donner à ses agissements le couvert symbolique du culte de la mort» que représente l’organisation Etat islamique (EI), a ajouté le Premier ministre.

Les Australiens «doivent se sentir rassurés par la façon dont nos agences chargées de la sécurité et du maintien de l’ordre ont réagi à ce contact avec le terrorisme», a-t-il encore dit. «Clairement, il y a des leçons à tirer» du drame.

Les organisations musulmanes indignées

L’émotion était à son comble en Australie, où les habitants ont appris à leur réveil la mort de deux victimes innocentes. Les gens déposaient des gerbes de fleurs à proximité du Lindt Cafe.

«Je suis ici pour rendre hommage aux personnes qui ont perdu la vie, tout cela est si triste», disait Angelica Haifa. «Ils se rendaient simplement au travail comme tout le monde, ils allaient juste prendre un café. Cela aurait pu être n’importe qui».

Des représentants de la communauté musulmane, qui avait condamné avec force la prise d’otages, devaient également déposer des bouquets.

#illridewithyou

La réponse des Australiens sur les réseaux sociaux ne s’est pas faite attendre. Contrairement aux messages de haine qui sont apparus dans d’autres pays, c’est un message de solidarité envers l’immense majorité de musulmans pacifiques qui est devenu le point de ralliement des internautes: sur Twitter, le hashtag #illridewithyou (qui peut être traduit par «j’irai avec toi») a émergé rapidement, se transformant en tendance globale dans la nuit de lundi à mardi.

Ce hashtag s’adressait aux musulmans d’Australie qui pourraient craindre des représailles suite à la médiatisation de la prise d’otages: pendant que tous les yeux étaient braqués sur le café Lindt, le hashtag invitait les Australiens à escorter les personnes de confession musulmane portant des tenues facilement reconnaissables pour éviter qu’elles ne subissent des violences.

Ce hashtag, qui a surpris le monde entier par son intelligence et sa spontanéité, a été créé par l’Australienne Tessa Kum. Celle-ci a expliqué aux médias locaux que, voyant une femme enlever à la hâte son voile dans le métro au moment de l’annonce de la prise d’otages, elle est allée vers elle et lui a dit «remettez le, je marche avec vous».

Emue aux larmes, la femme l’aurait alors pris dans ses bras pendant une longue minute.

Une «leçon» pour le reste du monde, titrent aujourd’hui de nombreux médias anglophones.

«Otage à terre!»

Martin Place est le centre financier de Sydney et compte de nombreuses administrations, dont les bureaux du Premier ministre de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud, Mike Baird, ainsi que le siège de la banque centrale.

Chris Reason, journaliste de la chaîne Channel Seven dont la salle de rédaction fait face au Lindt Cafe, a expliqué avoir entendu la police crier «otage à terre!» avant de donner l’assaut.

Les médias locaux ont rapporté que l’homme avait contraint ses otages à se filmer pour exposer ses exigences. Dans deux vidéos, il disait qu’il allait libérer cinq otages s’il recevait un appel du Premier ministre, d’après la Australian Broadcasting Corporation. Il a également exigé qu’on lui apporte un drapeau de l’EI et prétendu avoir déposé quatre bombes, ce qui s’est révélé faux.

L’Iran a officiellement condamné lundi la prise d’otages, la qualifiant d’injustifiable.

Un «dérangé»

L’ancien avocat du preneur d’otages Manny Conditsis a exclu qu’il ait pu s’agir d’un acte concerté, organisé. «C’est un individu dérangé qui a commis un acte terrifiant», a-t-il dit à la chaîne de télévision ABC.

Selon le quotidien The Australian, il avait dans le passé envoyé des lettres d’injures aux familles de soldats morts en opérations. Il était en liberté conditionnelle sous l’accusation de complicité de meurtre dans l’enquête sur la mort de son ex-épouse.

Il était arrivé en 1996 en Australie grâce au statut de réfugié, vivait dans la banlieue de Sydney et était un «islamiste radical», a poursuivi le journal. Ces informations sont recoupées par son propre site internet et la page de l’encyclopédie en ligne Wikipédia rédigée à son sujet et publiée avant même les événements de lundi.

A Genève, le propriétaire du café, l’entreprise suisse Lindt, s’est déclaré «dévasté».

Niveau d’alerte relevé

L’Australie, engagée au côté des Etats-Unis dans la lutte contre l’organisation Etat islamique (EI), a relevé en septembre son niveau d’alerte face à la menace terroriste représentée notamment par les combattants djihadistes australiens de retour d’Irak et de Syrie.

Et fin octobre, elle a durci sa législation antiterroriste en interdisant en particulier tout voyage sans raison valable vers des pays considérés comme des foyers du terrorisme international.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire