Dakar-Echo

Surbooking depuis une semaine de la RAM sur la destination Dakar pour cause de Magal

enregistrement_ram2Depuis une semaine, les avions de la Royal Air Maroc (RAM) en partance pour Dakar sont surbookés à cause du grand Magal de Touba.

Le phénomène est récurrent et survient au moins 4 fois par an. La RAM perd des milliers de dollars et gagne une mauvaise image au passage.

Depuis plus d’une semaine, impossible pour les clients de la RAM de se rendre à Dakar sans un retard de plus de 24h. En effet, les hommes d’affaires marocains ou africains qui se rendent à Dakar, subissent un surbooking inconsidéré de la Royal Air Maroc.

Et, personne ne fait exception, puisque le phénomène concerne aussi bien de hauts responsables politiques que des patrons qui ont choisi de voyager en classe économique. Très portés sur le respect qu’on leur porte, les clients africains sont souvent remontés contre ce mauvais service. Les altercations avec le personnel au sol de la RAM ne sont pas rares et suscitent l’intervention régulière de la police de l’aéroport.

Ce surbooking est récurrent et survient au moins quatre fois dans l’année. La première se déroule autour du 18 Safar de l’an musulman (ce jeudi 11 décembre) et qui correspond au grand Magal de Touba, pèlerinage des mourides qui regroupe plus de 3 millions de pèlerins chaque année.

Les trois autres concernent la fin de l’année civile et les deux grandes fêtes musulmanes. Pour chacune de ces dates, les Sénégalais d’Europe choisissent la RAM pour rejoindre Dakar, en transitant par Casablanca.

Du coup, les clients en partance de Casablanca et ceux y ayant transité, sont systématiquement recalés à l’enregistrement. La plupart de ces passagers sont alors orientés vers l’hôtel Atlas Airport. Le cafouillis y est tel que le lieu perd ses étoiles, pour prendre un air de pension en bord de route.

Dans cette opération, la RAM remplit l’ensemble de ses avions en provenance de plusieurs grandes villes européennes et américaines, mais également en partance pour Dakar. Cependant, les auditeurs de la compagnie devraient s’intéresser sur les pertes qu’un tel surbooking engendre.

Non seulement, les clients sont pris en charge pour 24h, ce qui n’est pas donné. Mais aussi et surtout, la RAM leur donne en compensation un chèque de 150 dollars qu’ils peuvent échanger contre un bagage supplémentaire ou lors de l’achat d’un futur billet.

La problématique de surbboking chez la RAM n’est pas un phénomène nouveau. En mai dernier, le célèbre journaliste français Patrick Poivre d’Arvor avait balancé un tweet incendiaire contre la RAM qui pour lui avait gâché la grande fête qu’a été le Forum de la mer.

Par Ndiaye Mar Bassine

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire