Dakar-Echo

Souleymane Cissokho, l’autre espoir de la boxe française

Souleymane Cissokho, l’autre espoir de la boxe française

Vainqueur du Mexicain Carlos Molina samedi 23 juin, Souleymane Cissokho a signé la septième victoire professionnelle de sa carrière. Dans l’ombre de Tony Yoka depuis deux ans, le médaillé de bronze à Rio en 2016 continue son ascension et compte à son tour faire parler de lui.

La médaille du jour est aujourd’hui décernée à un grand espoir de la boxe française, le boxeur poids légers et welters Souleymane Cissokho qui a brillé samedi 23 juin face au Mexicain Carlos Molina contre qui il a gagné aux points.

Toutefois, le phénomène Sissoko était, une fois de plus, dans l’ombre de Tony Yoka ce soir-là ce dernier étant vainqueur de son cinquième combat professionnel, dans la même réunion. Souleymane Cissokho boxe dans l’ombre de Tony Yoka depuis les Jeux olympiques de Rio en 2016 et ce n’est pas seulement parce que Yoka mesure 30 centimètres de plus et qu’il affiche 40 kilos supplémentaires sur la balance.

À Rio, Tony Yoka était devenu le premier Français à être sacré champion du monde olympique des poids lourds, ce qui lui a valu d’être l’icône de la boxe française. Lors de ces mêmes Jeux olympiques, Souleymane Cissokho n’avait décroché que la médaille de bronze avant que Yoka ait accaparé médias et sponsors. Mais Souleymane Sissoko gagnerait a être connu.

Président d’association et diplômé de la Sorbonne
Né à Dakar, il arrive en région parisienne à l’âge de 4 ans et découvre la boxe à 14 ans. Un an et demi plus tard, il devenait champion de France en catégorie cadets et enchaîne les titres grâce à un style très pur et une grande intelligence tactique.

Depuis, Cissokho ne s’est pas contenté d’enchaîner les rounds. Il est fondateur de l’association Secteur Sport Éducation qui épaule des jeunes de quartiers sensibles à Paris et à Dakar et a obtenu un master 2 de droit du sport à la Sorbonne.

Souleymane Sissoko continue de mener sa carrière boxeur professionnel qui le mènerait à un titre de champion d’Europe. Tous les observateurs lui promettent un grand avenir. À 26 ans, il pourrait changer de dimension médiatique et devenir pour un temps le chef de file de la boxe en France, dans la mesure où Tony Yoka devrait disparaître des rings très prochainement. Il est sous la menace d’une longue suspension (jusqu’à deux ans) pour avoir manqué trois contrôles antidopage.

Vincent Pellegrini – Radio France

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire