Dakar-Echo

Sixu Tidiane de Touré Kunda : Le Mbalax n’est pas exportable

toure_kundaLa musique ‘’mbalax’’ n’est pas « exportable », estime Sixu Tidiane, un membre du duo formant le groupe musical « Touré Kunda’’, tout en faisant remarquer que sur ce plan, la région méridionale présente un patrimoine plus varié, comparée au nord Sénégal.

‘’L’évolution de la musique sénégalais s’arrête au mbalax. Je ne parle pas pour moi, ou pour Touré Kunda, mais je trouve que la musique casamançaise est variée par rapport à celle du nord (…). Il ne faut pas la laisser derrière. Ce sont de très belles sonorités qu’on trouve là-bas. Le mbalax n’est pas exportable’’, déclare-t-il, dans un entretien paru dans l’édition de vendredi du quotidien Enquête.

[youtube]http://youtu.be/ae3y99jsJuk[/youtube]

Même si le Touré Kunda, groupe mythique de la Casamance, est absent du Sénégal à cause de ses nombreuses tournées internationales, il n’en demeure pas moins qu’il continue à donner des conseils à de jeunes musiciens sénégalais.

‘’J’avoue qu’on tourne beaucoup, mais, quand les jeunes viennent nous voir, on les conseille (…). On essaie d’aider les artistes du mieux qu’on peut. Ce sont des gens comme Hilaire Chaby [pianiste] qui sont sur place qui font beaucoup de bonnes choses pour les jeunes musiciens’’, a-t-il expliqué.

[youtube]http://youtu.be/gYYy42KHCS4[/youtube]

Il indique qu’il ‘’espère être sur place bientôt pour pouvoir aider les jeunes […]’’. ‘’Youssou Ndour et Alpha Blondy nous demandaient des conseils et on faisait de notre mieux. On ne peut pas leur donner du matériel mais les conseiller’’, déclare-t-il.

‘’Ils peuvent se débrouiller et s’en sortir même s’ils restent à Ziguinchor. Ils ne sont pas obligés de venir à Dakar’’, a ajouté Sixu Tidiane, en parlant des jeunes artistes originaires de cette région.

Considéré comme le groupe mythique de la Casamance, le Touré Kunda, qui séjourne au Sénégal pour une série de concerts, est formé par le duo Sixu et Ismaïla Touré. Nés tous les deux à Ziguinchor, ils l’ont porté sur les fonts baptismaux en 1977 à Paris, en France.

[youtube]http://youtu.be/KQ7b8PUEkuA[/youtube]

C’est en 1979, qu’ils enregistrent leur premier album  » Mandinka Dong » qui comprend notamment « E’mma », le titre emblématique du groupe.

Les Touré Kunda chantent en mandingue, diola, wolof et pulaar sur leurs compositions qui mélangent habilement rock, funk, mbalax et les rythmes du Djambaadong, la danse des feuilles des futurs circoncis mandingues en Casamance.

Pionniers de la musique africaine en France, à la fin des années 70, Touré Kunda est le premier groupe africain à effectuer une tournée au Japon. Il recevra un nouveau disque d’or pour son album « Toubab Bi ».

En 1986, il rencontre l’artiste mexico-américain Carlos Santana devant le public du Carnegie Hall, à New York.

Les Touré Kunda réitèrent leur engagement pour la paix en Casamance

Les Touré Kunda demeurent engagés pour la paix en Casamance (sud) qui passe par la persévérance dans le dialogue, a assuré Sixu Tidiane, un des membres de ce groupe emblématique de cette région sénégalaise confrontée à un conflit armée de plus d’une trentaine d’années.

[youtube]http://youtu.be/DVSpvvAEHMA[/youtube]

« On est toujours très engagé. Lors de notre voyage à Ziguinchor, on est allé voir deux personnes très engagées dans le combat et qui tenaient vraiment à l’indépendance. Elles ont renoncé et souhaitent le retour pour la paix », a-t-il déclaré dans une interview parue dans l’édition de vendredi du quotidien privé Enquête.

Selon Sixu Tidiane, ces personnes sont même montées avec les Touré Kunda sur scène « pour que tout le monde voit qu’elles voulaient vraiment la paix ». « On espère que les autres feront comme elles », a-t-il dit.

« Dans chaque album de Touré Kunda, il y a une chanson pour la paix en Casamance. On ne va pas arriver à la paix en donnant de l’argent aux gens du maquis. Il faut parler. Il faut dialoguer. On espère que Macky Sall réussira là où Abdou Diouf et Abdoulaye Wade ont échoué », a-t-il déclaré.

[youtube]http://youtu.be/Uecg9A3Vvx8[/youtube]

Les Touré Kunda, établis en France depuis la fin des années 1970, séjournent actuellement au Sénégal dans le cadre d’une série de concerts.

Les frères Touré Kunda sont revenus sur leur absence du Sénégal, en l’expliquant par les nombreuses tournées en Europe et à travers le monde. « On a toujours envie de venir au Sénégal, mais je me suis rendu compte et j’ai dit d’ailleurs à mon frère (Ismaïl), qu’il y a beaucoup de festivals qui se passent ici, mais on dirait qu’on nous a boycottés », a-t-il indiqué.

[youtube]http://youtu.be/0JaVV7upftg[/youtube]

Ismaïla et Sixu, natifs de Ziguinchor, ont formé le groupe Touré Kunda à Paris en 1977, avant d’enregistrer leur premier album (« Mandinka Dong ») en 1979. Ils chantent en mandingue, diola, wolof et pulaar sur leurs compositions qui mélangent le rock, le funk et le mbalax aux rythmes du « Djambaadong », la danse des feuilles pratiquée par les futurs circoncis mandingues en Casamance.

Pionniers des musiques africaines en France à la fin des années 70, les Touré Kunda ont engrangé trois disques d’or au cours de leur carrière.

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire