Dakar-Echo

Sénégal: Les transporteurs annoncent une grève de 72 heures

transporteurs21On s’achemine encore vers une paralysie du secteur du transport routier pour trois jours, à compter du 26 mars prochain. La menace émane du Syndicat des travailleurs des transports routiers du Sénégal (STTRS), affilié à la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS/FC) dirigée par Cheikh Diop.

Ces acteurs du transport ont fait face, hier, à la presse au siège dudit syndicat, à Keur Massar pour annoncer la couleur.

Secrétaire général du STTRS, Gora Khouma soutient : «Nous avons décidé de lever notre mot d’ordre de boycott du contrôle de pesage à l’essieu, prévu du 26 au 28 février, pour aller en grève, conformément à la législation sociale du travail, les 26, 27 et 28 mars prochains.

Un préavis de grève sera déposé, ce mercredi, sur la table de l’Etat dès cet après-midi». Evoquant les raisons de leur nouvelle position par rapport au boycott du pesage à l’essieu et leur dépôt de préavis de grève, M. Khouma d’expliquer : «Après enquête, nous nous sommes rendu compte que la législation du travail ne nous autorise pas le boycott, mais plutôt la grève. C’est dans ce contexte que nous avons décidé d’aller en grève».

Pour ce qui est de leur plateforme revendicative, le responsable moral du Sttrs précise que «c’est axé autour de quatre points». «Il y a, poursuit M. Khouma, la tracasserie au niveau des contrôles routiers, l’harmonisation et la fiabilité du pesage à l’essieu, la remise à niveau des mesures précédentes pour l’octroi de la visite technique, à savoir la lumière, le freinage et la direction au niveau du Centre de contrôle technique des véhicules automobiles et l’épineuse équation de la gare routière les Baux maraîchers de Pikine».

En outre, ces acteurs du transport déplorent le comportement du ministre de la Pêche, Oumar Guèye, par rapport au problème de débarquement des marchandises et d’empotage des conteneurs, en plus de la banalisation de la signature au niveau de l’appareil d’Etat.

«Nous pensons qu’un ministre de la République doit être là pour les populations ; et quand des travailleurs dénoncent une injustice, il doit s’atteler à la régler et non à faire la sourde oreille.

Le ministre de la Pêche, Oumar Guèye, ne se préoccupe pas des problèmes qui touchent son secteur. Malgré tout ce qu’il nous avait dit concernant ses conteneurs, Oumar Guèye n’a rien respecté», dénonce Gora Khouma. Qui se désole de la banalisation du non respect des accords signés avec les acteurs sociaux.

Il soutient : «C’est dommage maintenant pour notre pays. Les accords ne sont jamais respectés et ils sont même devenus maintenant une banalité ; c’est triste».

Gora Khouma minimise, par ailleurs, les attaques de ses adversaires syndicalistes qui lui reprochent de «s’enrichir illicitement sur le tronçon Dakar-Bamako, plus précisément à Kidira».

Théodore SEMEDO

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire