Dakar-Echo

Saly-Portudal: marche des acteurs du tourisme, la survie du secteur cristallise les énergies

Les acteurs du tourisme, gérants de réceptifs, de motels, d’auberges, de campements et de bars restaurants ont marché hier, lundi, à Saly-Portudal, pour solliciter l’élaboration de solutions viables et durables aux maux de leur secteur.

La requalification de la station balnéaire de Saly-Portudal a classée priorité, à côté de la création d’un office du tourisme dans la localité et la formalisation des rencontres avec les autorités gouvernementales.

Un comité de crise regroupant le Syndicat national du tourisme, de l’hôtellerie, des bars restaurants et cafés, dirigé par Mamadou Diouf et affilié à la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal et les professionnels du tourisme ont interpellé hier, à Saly Portudal, l’Etat sur des points essentiels touchant leur secteur, des points au nombre d’une dizaine. P

renant la parole, Mamadou Diouf et Pathé Diouf ont fait part de l’union sacrée à mettre en place pour la sauvegarde de ce maillon fort de l’économie nationale qu’est le tourisme. Pour eux, plus que jamais, un plan de réforme s’avère nécessaire dans le cadre d’une nouvelle dynamique pour relever le secteur.

La baisse des taxes aéroportuaires et la relance de la destination Sénégal ont été par ailleurs abordées sous l’angle prioritaire pour la survie du tourisme. Ces acteurs du tourisme qui organisaient une marche dans la station balnéaire ont plaidé de même pour des mesures d’accompagnement concrètes : une baisse substantielle des taxes d’aéroport pour une durée de deux ans et l’exonération de la Tva pour la même durée.

A cela, s’ajoute la suppression du visa et une exonération des Tours opérators. Les acteurs du tourisme n’ont pas aussi manqué d’indexer la question de la sécurité dans le département de Mbour qui constitue une priorité et qui doit faire l’objet d’une attention particulière.

Au final, ils ont affirmé fermement que des mesures d’accompagnement sont absolument nécessaires et urgentes pour redresser un secteur agonisant et sinistré. A l’instar de la réactivation du conseil national du tourisme créé par décret présidentiel, depuis 1994.

Samba Niébé BA

Articles similaires

Laisser un commentaire