Dakar-Echo

Rendez-vous manqués et prolongations

Rendez-vous manqués et prolongations

Les autorités de l’actuel régime ont décidément des problèmes avec les rendez-vous fixés aux Sénégalais. Pour ne pas dire qu’ils sont passés maîtres dans l’art de poser des lapins aux citoyens de ce pays ! Hélas, dans ce manque de politesse, pour ne pas dire cette mauvaise manière, l’exemple vient du plus haut niveau de l’Etat où l’on ne semble pas avoir compris que, comme la ponctualité, le respect des rendez-vous fixés aussi est la politesse des rois !

A tout seigneur, tout honneur, le président de la République. Le 15 juin dernier, en Conseil des ministres, il faisait une communication « autour de la renégociation de la concession de l’autoroute à péage Patte d’Oie-AIBD ». A cette occasion, il a demandé au Gouvernement d’ « accélérer la finalisation, avant fin juin 2018, du processus de renégociation des tarifs à péage. » Juin est dépassé depuis, on est à une semaine de la fin de juillet et l’échéance présidentielle n’a toujours pas été respectée.

Justement, entretemps, le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, M. Abdoulaye Daouda Diallo avait promis, croix de bois, croix de fer… une baisse des tarifs du péage « à fin juillet ». A moins d’une semaine de cette date-butoir, tout indique qu’on va renvoyer les Sénégalais à la saint glinglin pour le respect de la parole présidentielle !

Après le président de la République, le Premier ministre. Dans une interview accordée à un quotidien de la place, il s’était voulu ferme : le manque d’eau qui accable certains quartiers de Dakar prendrait fin « le 20 juillet » avait assuré sur un ton ferme M. Mahammad Boun Abdallah Dionne. L’échéance est dépassée depuis et les coupures d’eau persistent toujours…

Jamais deux sans trois. Après le président de la République, le Premier ministre, le ministre de l’Hydraulique. Invité de l’émission « Grand jury » de la RFM le 10 juin dernier, le ministre de l’Hydraulique, M. Mansour Faye, annonçait que le processus du choix du fermier chargé d’assurer la distribution de l’eau dans les centres urbains, notamment Dakar, serait finalisé « dans une dizaine de jours ». Un mois et demi après cette annonce, ledit processus n’est toujours pas finalisé !

En réalité, cela fait exactement 56 jours qu’il dure sans que la fumée blanche censée indiquer le bienheureux concessionnaire choisi par le conclave convoqué à cet effet ne soit apparue ! Bien sûr, un tel retard suscite plein de supputations, le Sénégal étant un petit pays et Dakar un gros village où, à force pour le processus de traîner, les contenus des délibérations de la commission ad hoc se retrouvent dans les salons des chaumières…

Le téléphone arabe fonctionne à plein régime ! Là aussi, faudra-t-il attendre les calendes grecques ou la saint glinglin pour que l’oracle soit rendu ? On joue les prolongations ! Ce que l’on sait, c’est que le comité d’évaluation a terminé ses travaux il y a trois semaines et transmis ses conclusions à la commission des marchés. Laquelle établit le procès-verbal et le soumet à l’autorité contractante qu’est le ministre qui transmet le tout à la DCMP (Direction centrale des marchés publics).

L’évaluation et le choix devaient être bouclés le 15 juin mais une première prolongation de 10 jours a été demandée à la DCMP. A la veille de cette nouvelle échéance, une deuxième prolongation, de quinze jours cette fois-ci, a été sollicitée auprès de la même Direction qui s’est déclarée incompétente.

C’est donc l’Autorité de Régulation des marchés publics qui a accordé cette nouvelle prolongation qui doit prendre fin ce jour 26 juillet en principe. En attendant, et comme par hasard, on assiste à un curieux « SDE-bashing », exercice consistant à pilonner sans raison la société chargée de distribuer l’eau dans les villes. Ainsi, on a entendu — presque de concert ! — l’avocat Me Massokhna Kane, président d’une association de consommateurs, et le patron des cadres de Rewmi, mettre les pénuries d’eau dont souffrent certains habitants de la capitale sur le dos de la SDE… qui n’ignorent pas pourtant qu’elle ne fait que distribuer l’eau produite mise à sa disposition !

Me Massokhna Kane et Abdourahmane Diouf savent très bien de quoi il retourne, c’est donc pourquoi leurs attaques sont pour le moins suspectes. Car inlassablement, le Gouvernement, à travers notamment le ministère de l’Hydraulique, n’a cessé d’expliquer que les difficultés actuelles procèdent d’un déficit de 54.000 mètres cubes environ. Un déficit résultant lui-même d’un retard d’investissements dans le domaine de l’hydraulique.

Quand Abdourahmane Diouf parle, on croirait entendre l’ancien DG de la SONES qu’il fut et non le patron des cadres d’un parti de l’opposition censé présenter un programme alternatif ! Idrissa Seck gagnerait assurément à arrêter ce mélange des genres, voire ce conflit d’intérêts, assurément.

Surtout que, encore une fois, le Gouvernement lui-même et la majorité présidentielle n’ont ja- mais incriminé la Sénégalaise des Eaux (SDE) dans les perturbations actuelles, et pour cause. Qu’il suffise donc de lire l’extrait qui suit du communiqué des cadres de Bennoo Bokk Yaakar (BBY) pour s’en convaincre. « Les perturbations notées étaient prévisibles car elles relèvent de travaux engagés sur la base d’un diagnostic technique commandité sur le dispositif d’alimentation d’eau à Dakar et environs qui, entretemps, a atteint ses limites.

Il s’agit donc pour le Gouvernement de mieux sécuriser la distribution d’eau en changeant de système avec des travaux éminemment complexes qui ont duré depuis plus d’un an. (…) Il faut noter que ce réajustement du dispositif combiné aux différents projets de renforcement de l’approvisionnement en eau (PEPAM, KMS 3 — troisième usine de Keur Momar Sarr —, unité de dessalement des Mamelles avec le renouvellement d’un réseau vétuste de 4600 km de conduites à Dakar qui date des indépendances, les forages de Tassette, Bayakh et Tieudème), ce dispositif, donc, permettra de booster l’accès équitable à l’eau potable et règlera de manière définitive le problème de distribution dans la capitale en expansion continue depuis plusieurs années ».

Pas l’ombre d’une incrimination de la SDE dans ce communiqué. Pour dire à MM. Massokhna Kane, Abdourahmane Diop et autres qu’il ne faut pas être plus royaliste que le Roi !

Mamadou Oumar NDIAYE

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire