Dakar-Echo

Réagissant aux morts de Tambacounda, Macky Sall fait porter le chapeau à l’opposition

Réagissant aux morts de Tambacounda, Macky Sall fait porter le chapeau à l’opposition

Macky Sall en veut terriblement à l’opposition pour la tragédie qui a fait deux morts hier à Tambacounda. De Ziguinchor, le candidat à sa succession, sous le manteau de chef d’Etat, a accusé certains membres de l’opposition d’être les responsables de la violence politique notée hier dans la capitale de l’ancienne région du Sénégal-Oriental. Il a menacé l’opposition de ses foudres.

Le candidat de la mouvance présidentielle, Macky Sall, a bouclé hier sa campagne électorale dans les régions Sud du pays. Hier, lundi, il a parcouru les départements de la région de Ziguinchor en démarrant par un meeting au Cap Skirring, célèbre station touristique où il a été timidement accueilli par une poignée de militants.

A Oussouye également, bastion imprenable de feu Laye Diop Diatta, le président sortant n’a pas eu de bain de foule comme lors de ses précédentes sorties dans le Fouladou. Au Cap Skirring, le candidat à sa succession a promis de faire de la Casamance une zone touristique spéciale.

Refroidi certainement par l’accueil timide, il s’est d’abord prononcé sur les violences inouïes qui venaient de se produire à Tambacounda où une bataille rangée a opposé des militants de la coalition de Benno Bok Yakaar à des partisans du Pur (Parti de l’Unité et du Rassemblement) du candidat Issa Sall. Lors de ces échauffourées, deux morts ont été enregistrés, des journalistes blessés et un véhicule incendié.

Le président Macky Sall a vigoureusement condamné cet acte barbare. « Je regrette les incidents malheureux qui ont eu lieu ce matin à Tambacounda et qui ont conduit à la mort d’un jeune militant de Benno qui a été poignardé par un militant du Pur », a dit Macky Sall. Le candidat à sa propre succession s’en est ainsi pris à ses adversaires politiques de l’opposition, les accusant de jouer aux pyromanes pour ensanglanter cette campagne électorale.

Il n’a pas nommément cité Me Abdoulaye Wade qui avait appelé jeudi dernier à son retour au Sénégal à la résistance par la violence politique notamment en demandant à ses sympathisants de brûler leurs cartes d’électeurs. C’est dans cette optique que, revêtant son boubou de chef d’Etat, Macky Sall a menacé l’opposition de ses foudres. « C’est très regrettable, c’est déjà le résultat de l’appel à la violence lancé par certains membres de l’opposition.

Mais, je vous le dis, ils répondront de leurs actes devant les tribunaux. Je demande que la lumière soit faite » a-t-il indiqué avec fermeté. Et de rappeler que la campagne électorale n’est pas une période de pagaille où l’on peut tout se permettre. Il soutient que des sanctions proportionnées seront appliquées contre les fauteurs de troubles. « La campagne électorale ne devrait pas être une occasion pour semer le désordre dans ce pays. Force devra rester à la loi » a estimé le président Macky Sall.

Il a d’autre part appelé ses militants à ne pas répondre aux provocations parce qu’ils sont sûrs de gagner la prochaine élection présidentielle. Il n’a pas manqué d’apporter son soutien aux journalistes blessés à Tambacounda.

A Goudomp, Macky Sall sensible au sort des journalistes  tout en souhaitant « un prompt rétablissement aux journalistes blessés », il a aussi appelé les Sénégalais à la sérénité. « Chaque candidat doit inviter ses militants au calme. Rien ne vaut les violences.

Bulen xajamal sen victoire. Faites comme votre candidat, buleen falee ken, bulen top keen (ne réagissez pas à la provocation. Répondez plutôt par le mépris) » a demandé le candidat Macky Sall à Goudomp où il tenait meeting après avoir quitté Oussouye.

A Goudomp, il y avait la présence effective du Premier ministre de la Guinée Bissau, Baciró Dja. Le candidat Macky Sall a profité de cette rencontre pour dire aux Sénégalais qu’il a déjà mobilisé plus de 7.000 milliards pour construire le pays. Il faisait allusion au récent Groupe consultatif de Paris où le Sénégal avait récolté cette somme auprès de ses partenaires techniques et financiers. «

Je voulais vous dire, ici, à Goudomp, que dans le cadre du Programme d’actions prioritaire (PAP), 7.000 milliards sont déjà mobilisés pour construire le Sénégal dans la période 2019-2024 », annonce-t-il.

Magnifiant son programme comme étant le meilleur, le président sortant a minimisé ceux de ses adversaires. « Il faut demander à ceux qui prétendent diriger ce pays s’ils vont poursuivre les projets de Macky Sall à travers le Plan Sénégal émergent (PSE) ou bien s’ils vont mettre sur pied leurs propres programmes », a-t-il raillé.

Et d’appeler une nouvelle fois ses adversaires à continuer la campagne sans violence s’ils ont des arguments valables à proposer au lieu de prendre la violence comme programme de campagne. Il n’a pas manqué de souhaiter un bon rétablissement aux reporters qui ont été blessés au cours de ces affrontements.

Confiant, il conseille à ses militants de faire comme lui et de rester calmes et sereins. A Ziguinchor, il est revenu sur la paix en Casamance et les immenses réalisations consenties pour désenclaver cette région naturelle.

Samba Diamanka

Articles similaires

Laisser un commentaire