Dakar-Echo

Quand des enfants maudits, hier, par le roi et sa cour finissent par être ressuscités par Dieu !

Quand des enfants maudits, hier, par le roi et sa cour finissent par être ressuscités par Dieu !

L’un des leaders de Yewwi Askan Wi (Yaw), Ousmane Sonko, gagne à Ziguinchor ; Barthélémy Dias, Serigne-ndakarou, Serigne Mboup Bour-Saloum ; Ahmed Aidara, lion de Guédiawaye et Pr Babacar Diop, nouvelle coqueluche de la capitale thiessoise du rail.

Et au même moment, de gros pontes du pouvoir ont été laminés et balayés par les bulldozers de « Yaw ». Pendant ce temps, des candidats indépendants ou inconnus au bataillon notamment Serigne Mboup à Kaolack, Mamadou Ndoye Bane à Pire, Seydina Issa Laye Samb à Yoff et autres aventuriers dépourvus de tout arsenal d’Etat ont pu courageusement résister aux vagues du pouvoir.

Cet ouragan dévastateur ne se nomme pas Katrina mais plutôt : Ouragan fañ fañ fañ waccaa caa. Cette grande coalition «Yewi Askan Wi» vient de réveiller, puis libérer tout un peuple des frasques d’un pouvoir en fin de règne.

Mais attention ! Que l’opposition affûte davantage ses armes en prévision des législatives et de la présidentielle de 2024.

Bennoo Bokk Yakaar (Bby) est un serpent qui agonise, il n’est pas encore complètement tombé raide mort. Continuez à l’assommer par la tête afin de limiter toutes ses chances de ressuscitation. Cette victoire de l’opposition est la suite logique des péripéties Illusionnistes qui avaient provoqué les évènements de Mars 2021.

Les Sénégalais peuvent tout pardonner, excepté l’injustice. Le « Jaay Doole » ou la loi de la terreur n’a plus sa place dans notre pays. Les Sénégalais auront beaucoup souffert en 2021 avec deux dizaines de morts sans aucune forme de procès jusqu’ici.

Des bananes pourries… Malheureusement, d’accusations en accusations, de complots en complots, d’insanités verbales ou écrites en insanités… de telles provocations d’une énormissime légèreté envers un opposant dont le seul tort aura été d’avoir un œil sur le palais présidentiel, Ousmane Sonko, pour ne pas le nommer, susciteront finalement l’ire des Sénégalais qui ont décidé de sanctionner sévèrement les auteurs de ces provocations aux élections communales et départementales du 23 janvier dernier.

Ça n’a été que justice faite par la majorité des Sénégalais acceptant volontiers de se constituer en boucliers autour de la personne du leader Sonko, d’un charisme hors du commun et à propos duquel Dieu aura accepté volontiers d’ingurgiter une dose d’amour, de sympathie et de loyauté dans le cœur et l’esprit de chaque Sénégalais d’ici et de la diaspora qui sont prêts à tout pour le porter au pouvoir au soir du 23 février 2024.

Cette cinglante défaite du parti au pouvoir n’est qu’un signal très fort pour décourager toute velléité de 3eme candidature que les descendants de Ndiadiane Ndiaye n’accepteront jamais.

Cette démonstration de force de la grande coalition « Yewwi Askan Wi », qui vient de rafler la mise dans quasiment 597 communes, est une interrogation que les tenants du pouvoir doivent se poser afin de bien négocier le virage pour 2024.

L’heure de la troisième alternance vient de sonner, que les tenants du pouvoir commencent dès à présent à adopter la posture du bananier. Lequel s’apprête à céder sa place à un autre, celui du peuple voire de la jeunesse, après avoir fourni son régime de bananes. Déjà pourries….

Ndiapaly Gueye (Mbour)

Articles similaires

Laisser un commentaire