Dakar-Echo

Procès de Karim Wade: les choses sérieuses commencent

KarimWadeLe feuilleton Karim Wade à la CREI va-t-il redémarrer sur les chapeaux de roues, en ce lundi 23 décembre 2014 ?

Plus d’une quarantaine de jours après la suspension du procès, à cause du limogeage, le 11 novembre dernier, du procureur spécial de la CREI, Alioune Ndao, les audiences reprennent, ce jour, avec la levée des principales chapes qui plombaient l’envol des débats à la Cour. Ibrahim Khalil Bourgi dit Bibo, accusé d’être le principal complice de Karim Wade, est de retour à Dakar, après son séjour en France pour raisons médicales…

Un nouveau procureur spécial près la CREI, en l’occurrence le magistrat Cheikh Tidiane Mara, a remplacé celui qui était contesté, dans ses méthodes, par tout le clan libéral et la défense de Karim Wade…Un accusé qui refusait de parler tant que Bibo n’était pas évacué en France et qui a été enfin confronté, vendredi, aux commissions rogatoires envoyées en Hexagone.

Après moult contraintes et facteurs de blocage, le procès de Karim Wade à la CREI reprend ce jour, lundi 23 décembre, après plus de quarante jours de suspension des audiences. Et apparemment, note-t-on, les conditions semblent enfin réunies pour qu’il démarre pour de bon dans cette affaire de traque des biens dits mal acquis qui commence à tirer à longueur.

Ibrahim Khalil Bourgi dit Bibo, accusé par la justice sénégalaise de complicité d’enrichissement illicite avec l’ancien ministre sénégalais Karim Wade, est ainsi rentré à Dakar, samedi soir, après un séjour en France pour des raisons médicales. Celui-ci qui comparaissait devant la Crei, couché sur une civière, avait reçu en septembre l’autorisation du Président de la Cour Henri Grégoire Diop pour aller se soigner en France.

L’état de santé du présumé complice de Karim avait en vérité impacté le déroulement du procès, certains des prévenus ayant refusé, en août, de répondre aux questions de la CREI et des avocats de la partie civile, l’Etat du Sénégal.

Ils exigeaient la présence de M. Bourgi à toutes les audiences du procès, sans quoi ils n’allaient plus se prononcer. Karim Wade lui-même, accusé de s’être enrichi de manière illicite avec l’argent de l’Etat, à hauteur de 117 milliards de francs CFA, avait choisi de ne pas répondre aux questions de la Cour et de la partie civile, à moins que Bibo Bourgi ne reçoive l’autorisation d’aller se soigner en France.

Après avoir reçu une autorisation de 45 jours de la CREI, Bibo Bourgi est revenu pour comparaître ce lundi, à la réouverture du procès Karim Wade, selon les assurances données par son avocat Babacar Cissé.

L’autre chape de plomb dont la levée pourrait lancer de manière dynamique si défense et partie civile jouent le jeu, au cours de la réouverture du procès, est que désormais, c’est un nouveau procureur près la Crei qui prend en charge l’accusation contre Karim Wade et cie. Le magistrat Alioune Ndao qui avait été le principal accusateur dans cette affaire de traque des biens mal acquis, et dont les méthodes étaient contestées par les Libéraux et la défense, a été remplacé à la hussarde par Cheikh Tidiane Mara.

En pleine déclaration de politique générale, l’Etat avait limogé Alioune Ndao que beaucoup qualifiaient d’ennemi numéro 1 des Libéraux dont il avait emprisonné pas mal de leaders dans le cadre de la reddition des comptes. Suffisant alors pour que certaines personnes indexent la volonté secrète du pouvoir en place de donner des gages pour un déroulé plus paisible et moins passionné du procès contre Karim et cie.

Cheikh Tidiane Mara, parquetier chevronné capitalisant une expérience professionnelle nationale et internationale, ancien enquêteur du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), de mai 1996 à février 2013, est chargé à ce niveau de désamorcer le bras de fer qui plombe le procès à la CREI.

La dernière nouveauté qui pourrait mettre sur les rails le procès de Karim Wade et cie semble enfin, selon des observateurs, le retour des commissions rogatoires envoyées en France. Vendredi dernier, l’ancien ministre d’Etat libéral a déféré à une convocation de la CREI en rapport avec le résultat des dites commissions rogatoires.

Selon des informations concordantes, il a été présenté à Karim Wade le résultat de ses fameuses commissions en provenance du Doyen des juges du Tribunal de Grande instance de Paris qui venait d’échoir entre les mains du Président de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), Henry Grégoire Diop, et ses assesseurs.

Une nouvelle donne qui pourrait vraisemblablement donner un coup de fouet à un procès qui tarde à sortir des ses limbes.

Moctar DIENG

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire