Dakar-Echo

Première réunion du Conseil National de Transition

Première réunion du Conseil National de Transition

Le Conseil national de transition vers un régime civil, un organe législatif, s’est réuni samedi en séance inaugurale à Bamako. Il doit élire son président, qui sera choisi parmi les candidats parrainés par au moins 40 membres, disposition elle aussi favorable aux militaires qui s’étaient arrogé par avance 22 sièges sur 121.

De jeunes officiers de l’armée du Mali ont renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta le 18 août après des semaines de manifestations antigouvernementales. Sous la menace de sanctions internationales, les officiers ont remis le pouvoir entre septembre et octobre à un gouvernement intérimaire, censé diriger le pays pendant 18 mois avant la tenue d’élections.

Les autorités maliennes dominées par les militaires ont communiqué jeudi la composition de ce futur organe législatif de la transition censée ramener les civils au pouvoir, mettant fin avec peine à une attente qui ajoutait à une impatience grandissante contre le nouveau régime.

Après la désignation d’un président, d’un Premier ministre et d’un gouvernement de transition entre fin septembre et début octobre, il restait aux autorités mises en place après le putsch du 18 août à créer le troisième organe, législatif, de cette période supposée transitoire.

Les conditions de nomination des membres de cet organe, qui ont fait la part belle aux militaires, puis le temps mis à les choisir ont alimenté une grogne de plus en plus manifeste contre les autorités, dissipant progressivement l’a priori initialement favorable aux putschistes.

La composition de cet organe et le refus de certaines forces d’y participer semblent avoir considérablement compliqué la tâche des autorités.

Articles similaires

Laisser un commentaire