Chronique

Pourriture politique

Jeu d’alliances, disent-ils pour se donner bonne conscience. Mon œil ! Il vaut mieux, plutôt, dire les choses telles qu’elles sont. Il ne s’agit ni plus ni moins qu’une vaste entreprise de corruption.

Et cela a débuté avec le débauchage du tristement célèbre maire de la Médina. Et ça va continuer partout où l’armée mexicaine et ses alliés ont été défaits lors des Locales de janvier dernier.

C’est un affront qui est resté en travers de la gorge du Chef. Battre son frère et avec la manière ! Quelle humiliation. Il faut chèrement payer cette effronterie.

Humilier ce petit animateur qui a osé faire ça au frangin. D’ailleurs, celui qui nous a ramenés 60 ans en arrière, faisant de notre télévision nationale un médium entièrement au service du parti au pouvoir et ses alliés, lui avait promis la vie dure. Ce qui est en train de se réaliser.

Et quel qu’en soit le prix. Ils corrompent, promettent, menacent de mettre le Fisc derrière des conseillers opérateurs économiques.

Un système de corruption savamment entretenu pour changer le cours de l’Histoire. A ce rythme, c’est à se dégoûter de la politique telle qu’elle se pratique sous nos cieux.

Car, il faut le dire sans pudeur, ceux qui tournent casaque ont été tout bonnement corrompus en monnayant leur dignité.

Et pendant que nous y sommes, pourquoi ne pas tout simplement dissoudre l’’Office national de Lutte contre la Fraude et la Corruption ? Quand un Etat se met à corrompre à tout va, cet outil n’a plus sa raison d’exister.

Et d’ailleurs, personne n’a jamais poursuivi à la suite des rapports de cet office. Au contraire, beaucoup de gens épinglés par lui, sont souvent promus à des stations disposant de budgets plus conséquents encore.

Les mœurs politiques dans notre pays sont en déliquescence à l’image de la société qui se révèle être une pourriture.

Une République ainsi résumée par un lucide lecteur : « Le pays stagne dans tous les domaines par la faute de politicards qui confondent politique et activités d’enrichissement personnel pour eux et leurs partisans. Tout le mal de ce pays vient de là ».

Tout est dit !

Jean Louis Verdier - Rédacteur en Chef Digital - Paris- Dubaï - Hong Kong dakarecho@gmail.com - Tél (+00) 33 6 17 86 36 34 + 852 6586 2047

Articles Similaires

1 sur 49

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *