Dakar-Echo

Poignée de main historique entre les deux dirigeants Coréens Kim Jong-un et Moon Jae-in

Poignée de main historique entre les deux dirigeants Coréens Kim Jong-un et Moon Jae-in

Il y avait eu les poignées de mains Sadate-Begin et Mitterrand-Kohl. Il faudra désormais ajouter dans les livres d’histoire celle entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in, qui se sont rencontrés vendredi sur la Ligne de démarcation militaire qui divise la péninsule, un geste hautement symbolique avant leur sommet historique.

« Je suis heureux de vous rencontrer », a lancé Moon Jae-in à son homologue, qui devient le premier dirigeant nord-coréen à fouler le sol sud-coréen depuis la guerre de Corée (1950-53).

Les deux dirigeants ont brièvement marché du côté nord-coréen de la frontière avant de se rendre à pied à la Maison de la paix, une structure de verre et de béton située du côté sud du village de Panmunjom, où fut signé l’armistice. Une « histoire nouvelle commence maintenant », a écrit Kim Jong-un dans le livre d’or.

En attendant le sommet avec Donald Trump
Cette réunion est une illustration supplémentaire de la spectaculaire détente qui s’est emparée de la péninsule depuis que Kim Jong-un a annoncé le 1er janvier, à la surprise générale, que son pays participerait aux jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang, au Sud. Ce sommet doit être le précurseur d’un face à face très attendu entre Kim Jong-un et Donald Trump.

« Kim Jong-un discutera en toute franchise avec Moon Jae-in de tous les problèmes rencontrés pour améliorer les relations intercoréennes et parvenir à la paix, la prospérité et la réunification de la péninsule coréenne », a dit avant le sommet de vendredi l’agence officielle nord-coréenne KCNA, la référence la plus précise à ce jour de Pyongyang sur le processus en cours.

Elle ne mentionne pas la dénucléarisation, mais le devenir de l’arsenal atomique de Pyongyang devrait être au coeur de discussions. Depuis son arrivée au pouvoir fin 2011 au décès de son père, le dirigeant a présidé à une accélération fulgurante des programmes nucléaire et balistique nord-coréens.

Le retrait des troupes américaines impensable
Le président Trump a exigé que le Nord renonce à ses armes nucléaires et Washington réclame que la dénucléarisation soit totale, vérifiable et irréversible.

Séoul a minimisé par avance les attentes jeudi, le directeur du secrétariat de la présidence sud-coréenne Im Jong-seok prévenant que rien n’était gagné : « Parvenir à un accord sur la dénucléarisation au moment où les programmes nucléaire et d’ICBM nord-coréens ont considérablement avancé sera différent par nature des accords de dénucléarisation conclus dans les années 1990 et au début des années 2000 ». « C’est ce qui rend ce sommet particulièrement difficile », a-t-il poursuivi.

Pyongyang demande des garanties sur sa sécurité – qui n’ont pas été précisées – pour discuter de son arsenal. Dans le passé, le concept de « dénucléarisation de la péninsule » a pu signifier pour Pyongyang le départ des 28.500 militaires américains stationnés au Sud et le retrait du parapluie nucléaire américain, toutes choses impensables pour Washington.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire