Dakar-Echo

Plus de 30 migrants morts et 200 survivants au large de la Libye

Plus de 30 migrants morts et 200 survivants au large de la Libye

Deux embarcations transportant des migrants se sont abîmées en mer Méditerranée, à 60 km des côtes libyennes.

Plus de 30 migrants ont trouvé la mort et 200 autres ont été secourus samedi après le naufrage de deux embarcations au large des côtes libyennes, selon la marine libyenne.

« Les conditions climatiques de ces jours-ci semblent propices à l’envoi de migrants vers les côtes européennes à bord d’embarcations souvent vétustes » qui peinent à arriver à destination, a expliqué le colonel Abou Ajila Abdelbarri,un responsable des gardes-côtes à Tripoli.

Les gardes-côtés libyens ont mené deux opérations de sauvetage au large de Garaboulli (60 km à l’est de Tripoli). « Arrivés sur place, nous avons découvert un premier canot pneumatique coulé où plusieurs personnes étaient agrippées à une partie de l’embarcation », a précisé le colonel. « Nous avons pu sauver 60 personnes et récupéré 31 corps de l’eau ». Autour du deuxième canot, il y avait « 140 survivants ».

En plus des morts et des rescapés, « une quarantaine de personnes sont portées disparues », a indiqué à l’AFP le général Ayoub Kacem, porte-parole de la marine libyenne. Selon lui, « « 18 femmes et trois enfants » figuraient parmi les migrants morts, et « un enfant et neuf femmes » parmi les rescapés secourus autour du premier canot.

Du second canot, les gardes-côtes ont secouru tous les passagers, dont 30 femmes et 26 enfants, pour la plupart originaires de la Somalie, mais également des Pakistanais, Ghanéens, Éthiopiens et Nigérians.

Cinq heures de recherches

Selon le commandant Nasser al-Gammoudi, commandant de la vedette Sabratha des gardes-côtes de Tripoli, « 75% du (premier) canot était immergé ». « Pendant plus de cinq heures (…), nous avons recherché d’autres survivants (…) Puis, attirés par des cris, nous avons pu secourir une femme », a-t-il indiqué. D’autres opérations de sauvetage avaient eu lieu ou étaient en cours samedi alors que 1500 personnes ont déjà pu être sauvées jeudi et vendredi.

Les rescapés ont été ramenés à la base navale de Tripoli où les autorités libyennes leur ont fourni de l’eau et de la nourriture, ainsi que des soins.

Les migrants interceptés ou sauvés par les gardes-côtes libyens sont généralement détenus dans des centres de rétention en vue d’un rapatriement vers leur pays mais l’attente est parfois longue et a lieu dans des conditions déplorables.

Début novembre, 23 personnes avait trouvé la mort dans des conditions similaires. Le même jour, six opérations de sauvetage menées par la mission navale militaire de l’Union européenne (Eunavfor Med) avaient permis de secourir 600 personnes.

dakarecho@gmail.com'

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire