Dakar-Echo

Plus de 10.000 déplacés après l’attaque de deux villages près de la frontière malienne

Plus de 10.000 déplacés après l’attaque de deux villages près de la frontière malienne

Le bureau de coordination de l’action humanitaire (OCHA) de l’ONU pour l’Afrique de l’ouest et centrale a annoncé, jeudi, que plus de 10.000 personnes ont fui leurs domiciles après l’attaque ayant visé deux villages nigériens près de la frontière malienne, samedi dernier.

« Plus de 10.000 personnes se sont déplacées après l’attaque meurtrière dans la région de Tillaberi », a rapporté le site d’information d’OCHA, rappelant que le 2 janvier courant des hommes armés ont attaqué des civils dans les villages de Tchombangou et de Zaroumadareye, tuant une centaine de civils.

Les personnes déplacées sont déjà vulnérables parce que vivant avec des familles de réfugiés, a précisé la même source.

Le samedi 2 janvier courant, des hommes armés ont attaqué les villages de Tchombangou et de Zaroumadareye situés dans la région nigérienne de Tillaberi et à une quarantaine de kilomètres de la frontière malienne.

Après une visite sur les lieux du drame, dimanche, le Premier ministre Brigi Rafini a évoqué un « bilan désastreux » de 100 civils tués, dont 70 à Tchombangou et 30 à Zaroumadareye, ainsi que de nombreux blessés.

A la suite d’une réunion du conseil national de sécurité tenue lundi, le gouvernement a décrété un deuil national de trois jours à partir de mardi.

Au cours du mois de décembre dernier, la région de Tillaberi a connu plusieurs attaques qui ont coûté la vie à au moins dix militaires nigérien.

Frontière du Mali et du Burkina Faso, cette région subit depuis 2017 des attaques attribuées aux groupes terroristes basés au Mali.

Face à la persistance de ces attaques, le gouvernement nigérien a placé toute la région sous l’état d’urgence.

Kané Illa

Articles similaires

Laisser un commentaire