Dakar-Echo

Moustapha Fall sur la sortie du PDS et compaganie: Wade doit être surveillé de près…

moustapha_fall_cheLe secrétaire général du parti « Actions patriotiques de libérations » (APL) « Dogg Boumou Gacce », un parti membre de la coalition « Macky 2012 » a estimé lors d’une sortie à la presse que les citoyens sénégalais dans leur écrasante majorité pensaient en finir avec les farces de Wade lorsqu’ils lui ont tourné le dos, au soir du 25 mars 2012.

Et selon Moustapha Fall « Che », « ces farces sont toujours là, et s’avèrent plus ridicules que jamais ». Pour lui, « Wade, tel qu’il agence aujourd’hui sa communication et ses sorties devient une menace incommensurable pour toute la République. Il mérite d’être surveillé de près et arrêté s’il persiste dans son message d’appel à la révolte et à l’insurrection ».

Dans la foulée, le leader de l’Apl a tenu à préciser : « les Sénégalais doivent s’en rappeler. Il y a quelques mois, depuis son « Wade office » sis à Versailles en France, et en prélude à son retour au Sénégal, Me Wade donnait ainsi l’ordre à ses militants de manifester avec ou sans autorisation.

A l’époque, Wade commençait déjà à inciter à la désobéissance civile et la violation de la loi, punies par l’article 80 du code pénal ». Et Moustapha Fall de poursuivre : « j’avais, à l’époque, déclaré publiquement et sans équivoque, que Wade doit être arrêté dès qu’il pose les pieds sur le tarmac de l’aéroport Léopold Sédar Senghor.

Je demandais son arrestation, parce que connaissant l’homme, je savais qu’il venait pour déstabiliser le régime de Macky Sall et mettre le pays sens dessus dessous, dans l’unique but de libérer son fils qui est dans les mailles de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) ».

Le chef de file de l’APL conclura en faisant savoir : «maintenant pour son ultime combat, il mise sur une insurrection, un soulèvement populaire pour libérer son fils, tout simplement parce qu’il dit avoir reçu un million de personnes lors de son meeting du 21 novembre dernier.

Qu’il prenne ses responsabilités et comprenne aussi que la loi ne connait pas de classe d’âge, de genre, de groupe social. La loi ne connait que celui qui la respecte et celui qui ne la respecte pas, le délinquant quel que soit son âge, mineur ou jeune, adulte ou vieillard, doit être puni.

Il n’y a pas d’immunité pour un vieillard ou même pour un ancien chef d’Etat dans notre pays. Haïlé Sélassie, Pinochet, Bourguiba, Klaus Barbie (le boucher de Lyon) avait presque le même âge que Wade lors qu’ils étaient condamnés, arrêtés et jetés en prison. Un président averti en vaux quatre (4) », a-t-il fini de dire.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire