Dakar-Echo

Mimi Touré dit niet au retour du Sénat

mimi_touréL’ex Premier ministre, Aminata Mimi Touré, a fait part de son désaccord sur l’idée du retour du Sénat.

En déplacement aux États-Unis, Mimi Touré a déclaré hier, mercredi 24 septembre sur les ondes de la radio Rfm (privée) que le Sénégal «n’a pas besoin d’une institution supplémentaire». Non sans plaider pour le renforcement des (institutions) existantes.

L’ancien Premier ministre ne partage pas l’idée agitée d’un retour du Sénat au Sénégal. Aminata Touré l’a fait savoir hier, mercredi 24 septembre, lors d’une intervention sur les ondes de la Rfm (privée).

L’ancienne candidate malheureuse à la mairie de Grand Yoff qui se trouve actuellement aux États-Unis a jugé inopportune cette idée de faire ressusciter le Sénat au Sénégal.

Pour cause, Mimi Touré indique que les «arguments qui avaient été avancés pour la suppression de cette institution n’ont pas évolué». Mais aussi le Sénégal «n’a pas besoin d’une institution supplémentaire».

«Notre architecture institutionnelle, telle qu’elle est, est suffisante pour un pays de 12 millions d’habitants», a laissé entendre l’ancien ministre de la Justice, Garde des Sceaux qui avait eu la charge de faire le plaidoyer de la suppression du Sénat.

Ainsi, à la place du Sénat, Aminata Touré préconise le renforcement des institutions existantes telles que l’Assemblée nationale, le Conseil économique social et environnemental et le gouvernement.

Aminata Touré est la deuxième personnalité du parti au pouvoir à se prononcer contre le retour du Sénat. Sa sortie intervient quelques jours après celle de son camarade de parti, Moustapha Diakhaté, président du groupe parlementaire de la majorité Benno Bokk Yakaar sur ce même sujet.

Interpelé lundi dernier sur cette idée d’un retour du Sénat agitée lors de la réunion entre le président de la République Macky Sall et ses alliés de la coalition Benno Bokk Yakaar, Moustapha Diakhaté, avertissant que cette institution «n’a jamais porté chance aux différents régimes qui ont tenté de l’imposer aux Sénégalais», a déclaré que le «Sénégal peut se passer de cette institution budgétivore.»

Pour rappel, le Sénat a été supprimé en septembre 2012, dans un contexte d’inondation dans la banlieue de Dakar et de plusieurs localités du Sénégal. Aminata Touré, alors ministre de la Justice, chargée de convaincre les députés du bienfondé de la suppression de cette institution «budgétivore», avait assuré que l’argent dépensé dans le fonctionnement du Sénat pouvait contribuer à soulager les souffrances des Sénégalais.

A l’époque, elle avait évalué le budget de fonctionnement du Sénat à plus de sept milliards de nos francs (7.234.850.000 francs).

Articles similaires

Laisser un commentaire