Dakar-Echo

Manque de confiance des justiciables à la justice sénégalaise : le «désamour», en chiffres et statistiques

Manque de confiance des justiciables à la justice sénégalaise : le «désamour», en chiffres et statistiques

Le manque de confiance des justiciables sénégalais en leur justice semble plus profond qu’on ne l’imagine. En atteste la synthèse des travaux de la Commission technique des Assises de la Justice, partant des contributions de Sénégalais sur la plateforme en ligne «Jubbanti», «Sa Gis-Gis ci Doxalinu Yoon» dédiée au citoyen lambda, rendue publique hier, mardi 4 juin 2024, lors de l’ouverture de la rencontre conclusive du Dialogue national sur «La réforme et la modernisation de la justice», tenue au CICAD de Diamniadio.

«Il y a eu 34 988 vues de la plateforme dont 5492 personnes qui ont contribué… Sur les 5492 que je viens de donner là, 75% font peu ou ne font pas confiance à la justice, c’est-à-dire 24% ne font pas confiance à la Justice, 43% peu confiance, 7% pas du tout», a rapporté le magistrat Hamady Bâ, président de la Commission technique des Assises de la Justice.

Et ce sont les jeunes, âgés de 25 à 45% qui disent ne pas faire confiance en la justice. «Relativement à la tranche d’âge dont le niveau de confiance à la justice est le moins élevé, les jeunes se situent en pole position avec 25 à 45%». N’empêche, «Parmi les visiteurs, 1372 Sénégalais font confiance à la justice», a-t-il informé.

Il a précisé que parmi ces personnes ayant posté leurs points de vue et propositions sur la plateforme en ligne, 4686 sont des hommes et 806 des femmes. A en croire le magistrat, qui est également membre de l’OFNAC, «selon la Présidence, nous avons 63% de Sénégalais vivant au Sénégal et 17% à la diaspora.

C’est-à-dire 975 compatriotes Sénégalais hors du Sénégal ont visité la plateforme ‘’Jubbanti’’ et ont donné des contributions, des questions et livré leurs points de vue. Ils sont représentés à tous les niveaux, jusqu’aux États-Unis, en Asie, et le maximum de représentés ont été en Europe. Des résidents de 55 pays, la diaspora, ont contribué à la performance», a souligné le magistrat.

En outre, concernant le niveau de satisfaction des Sénégalais par rapport au service (rendu) de la justice, il a révélé qu’il est au plus bas. «64% ont dit qu’ils ne sont pas satisfaits par les services rendus par la Justice», informe ladite commission. Cependant, parmi ces intervenants, 40% sont insatisfaits pour des raisons liées à l’obtention d’un casier judiciaire, 33% relativement à des procédures liées à la nationalité, 39% pour des questions d’état civil notamment celles ayant trait à des documents de naissance, de succession, de mariage, divorce et 8% en ce qui concerne des affaires relatives à la justice économique.

Par rapport à ces personnes qui ont dit avoir eu affaire à la Justice, 51% n’avaient pas d’avocat, contre 692 visiteurs qui ont indiqué avoir bénéficié de l’assistance d’un avocat. Et 62% d’entre eux disent n’avoir «pas du tout compris» l’argument du juge «ayant abouti à la motivation de la décision».

Quant à l’idée de savoir si le visiteur de «Jubbanti» a eu un dossier durant les cinq (05) dernières années en justice, 12% ont dit oui, soit 692 personnes. Sur la nature du contentieux, il est relevé les données suivantes : pour la justice commerciale il y en a 48%, la justice pénale 15%, la justice civile 15%, la justice sociale 14% et la justice administrative 5,5%.

Pour le magistrat Hamady Bâ, la particularité de ce dialogue national inclusif sur la justice, c’est qu’il ne s’est pas limité aux seules personnes qui étaient présentes à Diamniadio ; il s’est voulu ouvert et tous les Sénégalais, y compris ceux de la diaspora y ont participé.

I.DIALLO

Articles similaires

Laisser un commentaire