Dakar-Echo

Mamadou Pouye n’en peut plus de la prison et craque et pleure à la barre

proces-karimLe co-prévenu de Karim Wade, en l’occurrence Mamadou Pouye, a craqué et versé quelques larmes hier, mardi 10 février, devant la barre. Invité en effet à venir exposer les raisons de la demande de liberté provisoire qu’il a formulée, le «cerveau» de la bande n’a pas pu aller jusqu’au bout de ses explications.

Toutefois, Henry Grégoire Diop qui s’est proposé d’exposer les motifs de la requête à citer entre autres, sa disponibilité et son respect envers la Cour, tout comme sa progéniture qui souffre actuellement. La demande de Lp est mise en délibéré pour ce lundi prochain.   

Le codétenu de Karim Wade, notamment Mamadou Pouye, doit encore prendre son mal en patience en prison avant d’être fixé sur la demande de liberté provisoire qu’il a formulée. En effet, la Cour a mis en délibéré la requête de M. Pouye, pour lundi prochain, avant juste le début des plaidoiries.

Invité à la barre, pour exposer les motifs de la requête déposée auprès de la Crei, celui qui est considéré comme le «cerveau» de la bande a déclaré que «c’est pour des raisons humanitaires que je le fais. Cela fait 21 mois que je suis en prison et c’est dur car, tous les jours, il faut venir à la Cour». Sur ces mots, il n’a pas pu se retenir et a versé quelques larmes. 

Par conséquent, Henry Grégoire Diop s’est proposé de lire les motifs inscrits dans la demande. Il s’agit entre autres de son respect pour la Cour et la justice du pays, ainsi que de sa disponibilité à faire éclater la vérité. Mieux, M. Pouye a indiqué qu’il a été le prévenu qui a le plus fait de confrontations avec les témoins.

Faisant constater que tous les témoins ont défilé à la barre, Mamadou Pouye a estimé qu’il n’y a plus de risque de subordination ou de collusion de témoins. Il a aussi fait savoir que vu sa collaboration, il n’y a aucun risque de défaut de comparution, ni de trouble à l’ordre public. Pour couronner le tout, le prévenu a indiqué que sa progéniture, encore mineure, souffre de cette situation et que lui même en pâtit énormément. 

N’empêche, le procureur spécial Cheikh Tidiane Marra, successeur du procureur Aliou Ndao, a opposé son refus catégorique à cette requête. A l’en croire, les comparutions ont pris fin et que, sous peu de temps, le prévenu sera fixé sur son sort dans la mesure où les plaidoiries vont démarrer.

Un réquisitoire qui a trouvé l’approbation des avocats de la partie civile qui ont appuyé le refus du parquet. L’affaire est mise en délibéré, pour lundi prochain.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire