Dakar-Echo

Macky Sall: tant que je serais président de la république, l’homosexualité sera interdite au Sénégal

Macky Sall: tant que je serais président de la république, l’homosexualité sera interdite au Sénégal

Le président de la République a réaffirmé hier toute sa détermination à s’opposer à toute idée de légalisation de l’homosexualité au Sénégal. Recevant hier en audience des dignitaires religieux, le président de la République a vivement déploré la récente campagne menée par des religieux, des activistes et des députés pour la criminalisation de l’homosexualité.

Cette démarche est de la pure intoxication et surtout peut entraîner le Sénégal dans une violence qu’on ne saurait accepter, a soutenu Macky Sall.

« Certains pays ont initié des démarches pour la légalisation de l’homosexualité. J’ai déjà largement évoqué ce sujet lors de rencontres internationales à Dakar et à l’extérieur, en recevant le président américain Obama dans ce palais, le Premier ministre du Canada Justin Trudeau, devant la tribune de l’Union Européenne.

Je répète que tant je serai président de la République du Sénégal, cette loi ne sera pas touchée. Jamais on ne dépénalisera l’homosexualité au Sénégal.

Combien de fois j’ai répété ces propos. Je ne sais pourquoi on a cherché à la veille des élections à remettre sur la place publique un tel débat. Je ne comprends pas du tout » a indiqué le chef de l’Etat.

Ce qui l’a le plus étonné, c’est le débat du refus de la criminalisation. « A l’Assemblée nationale, la proposition de loi introduite par des députés a été rejetée parce que tout simplement les dispositions pénales sanctionnant l’homosexualité sont toujours présentes dans le Code pénal.

En outre j’ai toujours publiquement donné ma position sur ce sujet, alors je ne vois pas la pertinence de poser le débat sur la criminalisation de l’homosexualité » a poursuivi le président de la République. Il estime que si le débat se limitait à la sphère politique, cela ne le dérangerait pas.

Mais ce qu’il n’a pas compris, c’est qu’on implique les imams, les guides religieux qui sont trompés. Ces derniers sont allés jusqu’à faire des prêches le vendredi dans les mosquées pour accuser le Gouvernement et les institutions de la République. « C’est trop parce que chaque religion interdit des accusations gratuites.

Personne ne peut dire aujourd’hui que l’Etat envisage de changer cette loi. Donc on ne saurait comprendre qu’on puisse en faire un sujet de polémiques jusqu’à appeler des manifestations.

On ne doit pas réveiller le démon de la violence dans ce pays. Le débat de l’homosexualité ne doit plus exister au Sénégal » a conclu le chef de l’Etat.

Articles similaires

Laisser un commentaire