Dakar-Echo

L’opposition sénégalaise marche à Dakar pour exiger des élections  »transparentes »

L’opposition sénégalaise marche à Dakar pour exiger des élections  »transparentes »

L’opposition politique sénégalaise a marché, vendredi après-midi à Dakar, pour exiger des élections transparentes, entre autres doléances, a constaté Dakarecho.com

La marche initiée cet après-midi par l’opposition pour des « élections libres et démocratiques » a draîné de nombreuses foules qui ont arpenté les rues de Dakar allant de l’Avenue Bourguiba au rond-point du Boulevard du Général De Gaulle, a constaté Dakarecho.com 

Répondant à l’invitation du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) et du Front « Initiative pour des élections démocratiques » (IDE, opposition), les marcheurs ont appelé à l’unisson le retour au Sénégal de Karim Wade, candidat à la présidentielle de février 2019 du PDS.

Etaient présents à la marche les leaders politiques Oumar Sarr, Abdoul Mbaye, Mamadou Diop Decroix, Pape Diop, Thierno Alassane Sall, Barthélémy Dias, des dirigeants syndicaux et des militants de la société civile.

Sifflé à la bouche, T-shirt rouge à l’effigie de leur responsable, foulards rouges noués autour de la tête ou autour des reins, jeunes, enfants, femmes et vieux ont tous marché en union pour exiger des « élections transparentes et la distribution des cartes d’électeurs restantes », mais aussi la libération du maire de Dakar, Khalifa Sall dont le procès pour de supposés détournements de deniers publics est en cours.

Les leaders de l’opposition ont profité de cette tribune pour inviter les jeunes âgés de 18 ans à aller s’inscrire sur les listes électorales.

Sonorisation, tam-tam, claquements de mains, klaxons de véhicules, cris et danses ont accompagné la mobilisation qui s’agrandissait au fur et à mesure que les marcheurs avançaient.

Les leaders politiques, syndicaux et de la société civile ont délivré leurs messages à partir de 17h15, heure à laquelle les marcheurs sont arrivés au rond-point du Boulevard Général de Gaulle.

Acclamés et portés en triomphe par les centaines de personnes qui ont effectué la marche, ils ont promis de se battre pour une élection présidentielle « claire et libre » en février 2019.

Selon eux, la mobilisation encadrée par la Police et sans débordement ni perturbation « est une réussite et un signal fort à l’endroit du régime au pouvoir ».

Le processus électoral est un point de friction entre la majorité et l’opposition depuis les élections législatives de juillet 2017 en dépit de l’ouverture d’un dialogue, le 21 novembre, et la désignation d’un médiateur, l’Ambassadeur Seydou Nourou Ba.

Quelque 14 formations politiques qui ont décidé de boycotter ce dialogue ont mis sur pied un « front électoral ».

La procession a vu la participation de plusieurs leaders de l’opposition tous vêtus de tee-shirts rouges assortis de casquettes et brassards de même couleur.

dakarecho@gmail.com'

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire