Dakar-Echo

Loi santé : deux amendements pour interdire les mannequins trop maigres

Loi santé : deux amendements pour interdire les mannequins trop maigres

Le député socialiste de l’Isère Olivier Véran va déposer ce lundi deux amendements au projet de loi santé de Marisol Touraine. Il veut interdire les mannequins trop maigres de défilé.

063_180302529

L’anorexie bientôt bannie des défilés ? C’est en tout cas l’objectif d’Olivier Véran, le député socialiste de l’Isère. Celui-ci, membre de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, va déposer deux amendements en ce sens au projet de loi Santé de Marisol Touraine. Le premier : interdire aux agences de mannequinat le recours à des mannequins diagnostiqués en état de dénutrition.

Cet état « d’extrême maigreur », qui s’échelonne sur « trois niveaux de gravité » selon le député, qui est également médecin à Grenoble, s’évalue sur l’Indice de masse corporelle (IMC) du sujet. L’élu veut forcer les agences à produire des certificats médicaux certifiant que l’IMC de leurs employées est supérieur à une valeur donnée. Tout contrevenant s’exposerait à une peine de six mois d’emprisonnement et à 75.000 euros d’amende.

« L’impact social est très fort »

Le deuxième amendement veut créer un « délit de valorisation de maigreur excessive » et viserait à interdire les sites Internet qui font « l’apologie de l’anorexie ». « Ces sites expliquent aux jeunes filles de 12-13 ans qu’il faut avoir un écart de 15 centimètres entre les jambes pour être belle », a déploré le député à l’AFP.

Olivier Véran estime qu’en France, « entre 30.000 et 40.000 personnes » souffrent d’anorexie mentale. « Ce sont des adolescents dans 90 % des cas. L’impact social de cette image que véhicule la mode, où des femmes doivent être maigres à un niveau pathologique pour être belles et défiler, est très fort, continue-t-il. Il est intolérable que l’on puisse faire l’apologie de la dénutrition et que l’on puisse exploiter commercialement des personnes qui sont dans des situations mettant en danger leur santé ».

Certains pays comme Israël, l’Espagne, l’Italie, le Chili ou la Belgique, ont déjà réagi face à ce phénomène en prenant des dispositions législatives ou réglementaires.

Digital Manager – Chef de projet chez Alixcom Dakar |
E-mail: saliou@dakar-echo.com | +221 77 962 92 15

Articles similaires

Laisser un commentaire