Dakar-Echo

L’ige, la Cour des comptes et l’Armp nous doivent des rapports selon Birahime Seck du Forum Civil

L’ige, la Cour des comptes et l’Armp nous doivent des rapports selon Birahime Seck du Forum Civil

Lors de l’atelier de restitution des résultats du baromètre sur la fiscalité équitable au Sénégal, le coordonnateur du Forum civil, Birahime Seck, a informé que l’indice de la redevabilité touche du doigt la question des rapports produits et qui ne sont pas publiés.

Hier, à l’atelier de restitution des résultats du baromètre sur la fiscalité équitable au Sénégal, le coordonnateur du Forum civil, Birahime Seck a soutenu que l’Ige, la Cour des comptes et l’Armp doivent toujours les rapports de 2016 et 2017 aux Sénégalais. «

L’Inspection générale d’Etat (Ige) nous doit deux rapports sur l’état de la gouvernance et la reddition des comptes des activités de 2016 et de 2017. La Cour des comptes, qui avait l’habitude de publier ses rapports, nous doit deux documents qui sont déjà édités et gardés au niveau de l’institution judiciaire.

Ce qui pose un problème de Redevabilité», soutient le coordonnateur du Forum civil. A l’en croire, même l’Agence de régulation des marchés publics (Armp) doit à nos compatriotes le rapport de 2017. « Cela veut dire que toutes les questions de la redevabilité au Sénégal ne sont pas, pour le moment, une réalité », se désole-t-il.

Ce n’est pas tout puisque, selon Birahime Seck, il y a aussi des rapports qui sont publiés et rangés dans les oubliettes. « C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le Forum civil a eu à former des journalistes sur le cadre juridique et institutionnel du blanchiment d’argent», fait savoir M. Seck.

Evoquant, les questions de l’or noir et du gaz, M. Seck souligne que le projet de code pétrolier qui sera adopté en début d’année 2019 n’a pas été accompagné du projet de contrat type. « Nous déplorons également le fait que la loi sur la répartition des revenus du pétrole et du gaz n’a pas suivi. Tout cela laisse croire que tous les indices du pétrole et le gaz seront captés par les intérêts occultes », prévient-il.

Par ailleurs, revenant sur l’affaire de détournement présumé sur 94 milliards de francs qui constitue la brûlante actualité depuis les révélations du leader de Pastef, Ousmane Sonko, le coordonnateur du Forum civil, Birahime Seck, en appelle à la diligence du procureur pour apporter des éclairages sur cette question.

« Je ne peux pas comprendre qu’un justiciable puisse accuser un agent de l’Etat d’avoir détourné plus de 94 milliards jusqu’à saisir le procureur de la République et qu’aujourd’hui, on veuille déplacer le débat entre deux autres justiciables », s’étonne le coordonnateur de la section sénégalaise de Transparency International.

Avant de poursuivre : « On est en face d’une déréglementation du droit. Le Forum civil interpelle directement le procureur de la République. Il lui appartient, s’il n’est pas instrumentalisé bien sûr, d’éclairer les Sénégalais sur la question de ces 94 milliards ».

Dans les affaires relatives au pétrole, Birahime Seck s’est prononcé également sur la société Tullow Oil. Une affaire pour laquelle depuis 2013, le Forum civil avait demandé la déclassification du rapport de l’Inspection générale d’Etat (Ige) sur l’attribution des blocs de Kayar et de Saint-Louis.

« L’entreprise qui est à l’origine de ce rapport, c’est bien Tullow Oil, qui avait commencé la prospection et des responsables de Petrosen avaient demandé à l’entreprise 3 millions de dollars par bloc. C’est entre-temps que l’Etat a attribué illégalement ces deux blocs à Petrotim Limited. Il suffit tout simplement que le président de la République lève le coude pour que les Sénégalais connaissent la vérité sur le pétrole et le gaz. C’est ça le vrai débat », martèle en conclusion M. Seck.

Samba DIAMANKA

Articles similaires

Laisser un commentaire