Dakar-Echo

Les usagers de l’autoroute à péage pas rassurés de la révision du contrat avec Eiffage

Les usagers de l’autoroute à péage pas rassurés de la révision du contrat avec Eiffage

Le coordonnateur du Collectif sénégalais des usagers de l’autoroute à péage, Cheikh Oumar Sy, a dit, dimanche, peu rassuré sur la volonté de l’Etat sénégalais de réviser la concession sur l’autoroute à péage avec l’entreprise française Eiffage, depuis son annonce par le président Macky Sall, suite au décès accidentel sur ce tronçon de l’artiste Papis Mballo.

« Quand on a soulevé cette question, le lendemain (lundi dernier) le président de la République a dit qu’il faut revoir ces contrats. Il a donné des ordres au gouvernement pour revoir ce contrat. Mais jusqu’à présent, nous n’avons pas eu la réaction des autres acteurs du gouvernement. Parce que s’il donne une instruction, peut-être que le secrétaire général du gouvernement, qui est prompt à sortir des communiqués, pouvait le faire sur cette question », a soutenu l’ex député, invité de l’émission Grand Jury de la Radio futurs médias (privée).

Lundi dernier, le chef de l’Etat avait annoncé des « mesures » et s’était longuement épanché sur « la nécessité absolue de sécuriser le parcours de l’autoroute à péage », dont la divagation d’un bœuf aurait causé, selon plusieurs témoignages, la mort accidentelle du chanteur du groupe Gelongal, Papis Mballo, il y a plus d’une semaine.

M. Sy déplore ainsi le fait que le ministre des Infrastructures, l’APIX (agence nationale des grands travaux et des investissements) « qui a signé le contrat » et le Conseil des Infrastructures ne se soient pas encore prononcés sur la question.

Surtout pour ce Conseil « rattaché à la Présidence » qui est d’autant plus « important » dans cette affaire car, il constitue « l’interface des usagers, de l’Etat, du Parlement avec le concessionnaire », a-t-il précisé.

Il a également demandé l’implication de l’Assemblée nationale dans ce combat qu’ils mènent sous « l’autorisation » de la famille du défunt Papis Mballo qui, d’ailleurs, « a porté plainte ».

« Aujourd’hui, nous nous sommes constitués partie civile. Le père de Papis nous a dit ‘’vous avez mon feu vert, (car) vous ne le faites pas pour Papis, mais vous le faites pour tous les citoyens sénégalais’’. Ça nous a beaucoup marqué. C’est une charge. On est sortis là-bas plus engagés dans ce combat citoyen », a laissé entendre Cheikh Oumar Sy.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire