Dakar-Echo

Les supporters du Torpedo de Moscou: « Nous ne voulons que des blancs dans l’équipe ». Le contrat d’Erving Joe Botaka-Ioboma annulé

Les supporters du Torpedo de Moscou: « Nous ne voulons que des blancs dans l’équipe ». Le contrat d’Erving Joe Botaka-Ioboma annulé

Après l’annulation du transfert d’un joueur noir, le club se défend de racisme

Le Torpedo Moscou, un club de troisième division russe, a annulé le contrat d’un joueur après que des supporters se sont plaints de sa couleur de peau. Le club invoque des raisons financières.

Moins d’une semaine après la fin de la Coupe du monde, retour à la réalité en Russie. Grand habitué des cris de singe dans ses stades, le pays doit à nouveau faire face à une polémique sur fond de racisme : en troisième division, le club du Torpedo Moscou a annulé le contrat, fraîchement signé, d’un joueur noir après qu’une partie de ses ultras se sont plaint de cette arrivée. Le club, qui a réagi dans un communiqué sur son site internet, se défend de toute décision raciste.

« Le noir est peut-être l’une de nos couleurs, mais… »
Retour en arrière : le 13 juillet, le club au maillot noir et blanc annonce fièrement l’arrivée d’Erving Joe Botaka-Ioboma, footballeur russe d’origine congolaise – il est né à Pouchkino, à une trentaine de kilomètres de Moscou. Formé au Torpedo, il signe un contrat d’un an.

Deux jours plus tard, sur le réseau social russe VKontakte, les WEST-5, un groupe d’ultras du club, exprime publiquement son opposition à ce transfert. Dans un premier post, retiré depuis de la page du groupe mais dont des captures d’écran circulent sur les réseaux sociaux, ils déclarent : « Le noir est peut-être l’une de nos couleurs, mais nous ne voulons que des blancs dans nos rangs. »

Dans un autre post, toujours visible sur leur page, le groupe menace même ouvertement la direction du club : « Chers dirigeants, puisque vous considérez qu’il est permis de venir chez nous, dans notre famille, et de ne pas respecter nos traditions et nos règles, alors nous nous réservons le même droit ! Nous verrons qui le regrettera. »

Devant l’ampleur prise par la polémique, le groupe d’ultras a cherché à éteindre l’incendie en expliquant que s’il s’opposait à la signature de ce joueur, c’était parce qu’il venait d’un club rival : le Lokomotiv Moscou. « Nous sommes bien conscients qu’en l’absence d’autres problèmes dans le pays, vous voulez faire sensation faire gonfler le scandale à partir de rien, se sont-ils justifiés mardi, toujours via VKontakte. Nous avons exprimé notre opinion concernant le transfert d’un joueur venant du club ennemi. Pour nous, c’est une question de principes ! »

« Il y a encore des idiots »
Le club a quant à lui réagi ce vendredi par un communiqué publié sur son site. « La couleur de peau n’a jamais été un critère de sélection pour nos joueurs », se défend la direction du Torpedo, précisant « adhérer » à l’idée que « le racisme n’a pas le droit d’exister ».

Le club donne une raison très rationnelle à toute cette affaire : l’annulation du transfert est une question d’argent : « Le transfert devait être gratuit. Mais le 17 juillet 2018, nous avons reçu une lettre du précédent club du joueur nous avertissant de la nécessité de payer une compensation. Conformément à la politique du club, qui n’implique pas de paiement pour les transferts, le transfert n’a pas eu lieu. Il n’y avait pas d’autres raisons de refuser les services du joueur. »

Dans une interview au site russe Sport24, le président du syndicat des footballeurs russes (OPSF) Alexander Zorov a regretté le comportement d’une frange d’« idiots » : « Des changements ont eu lieu dans l’esprit des gens après la Coupe du monde, mais il y a encore des idiots. Ces personnes aux horizons limités existent dans tous les pays. Nous avons vu à quel point notre société et les gens sont ouverts. Parmi les fans du Torpedo, il y a beaucoup de gens normaux qui n’acceptent pas le comportement d’un groupe séparé par rapport à Erving Botaka. »

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire