Dakar-Echo

Les stagiaires du Centre de réadaptation professionnelle de Limoges aident les étudiants de Dakar à y voir plus clair

Les stagiaires du Centre de réadaptation professionnelle de Limoges aident les étudiants de Dakar à y voir plus clair

Après le Bénin en 2016, près de 200 lunettes de vue, réparées par des étudiants de Limoges, seront envoyées en avril à de jeunes Sénégalais.

C’est un savant mélange de fierté, de satisfaction et de goût du travail bien fait qui anime, depuis quelques mois, les stagiaires du CRP (centre de réadaptation professionnelle) de Limoges.

Depuis décembre dernier, 45 de leurs stagiaires en situation de handicap réparent des lunettes qu’ils enverront, d’ici un mois, à Dakar.

Le dispositif
Conjointement mené par le CRP et la Mutualité française limousine, l’opération « Bien voir c’est réussir » doit permettre d’équiper près de 200 étudiants de l’université de Dakar, au Sénégal, en lunettes de vue correctrices.
En 2016, le premier volet de cette opération avait permis d’équiper les habitants de villages reculés du Bénin.

L’apprentissage

Pour les stagiaires du CRP, l’intérêt est double : « Cela nous permet de mettre en application ce que l’on apprend au centre, et évidemment de participer à un beau projet », considère Youssef, stagiaire en première année de Bac pro optique lunetterie au CRP. « Je ressens une réelle satisfaction à l’idée de savoir que j’aide, à mon échelle, des personnes dans le besoin. »

La leçon
Partie en décembre dernier à Dakar, Catherine Aupeix a rencontré les étudiants sénégalais retenus pour recevoir les verres correcteurs. L’enseignante a pris des mesures, réalisé des examens de vue… et tiré une véritable « leçon d’humilité » de son expérience.

« On ne s’imagine pas à quel point les besoins sont importants. Ce qui paraît évident en France ne l’est pas ailleurs. Au Sénégal, le prix d’une consultation chez un ophtalmologiste et un opticien représente le salaire mensuel moyen d’un Sénégalais. Certains étudiants nous ont dit que, sans lunettes, il leur serait impossible de continuer leurs études. » CATHERINE AUPEIX (Enseignante au CRP de Limoges)

Si quelque 175 paires de lunettes sont déjà prêtes à s’envoler pour la capitale sénégalaise, pas moins de 900 jeunes Sénégalais avaient, à l’origine, sollicité l’aide limougeaude.

Sarah Bourletias

Articles similaires

Laisser un commentaire