Dakar-Echo

Les pyromanes

Les pyromanes

Comme elle peut être drôle la politique sous nos cieux ! Surtout quand elle prend des raccourcis.

A entendre les mollassons d’hier jouer les durs à cuire, on ne peut s’empêcher de ricaner. Le mec qu’ils défendaient hier avec pugnacité, est devenu aujourd’hui la bête à abattre.

Tous le défendaient. Le peignant en victime. Les assassins, eux, ils étaient de l’autre côté du pouvoir d’alors. Tous avaient sorti les griffes pour se dresser contre les mangeurs d’hommes.

La raison aujourd’hui de ce retournement spectaculaire de vestes ? Ils sont aux affaires et ont pris des vitamines après la saison des vaches maigres.

Quant à celui qu’ils défendaient, après avoir été des leurs, il s’est retrouvé de l’autre côté. Où sont donc les convictions de ceux qui défendaient le supposé assassin ?

Ils s’en servent certainement en guise de suppositoire ! « Nous avons l’obligation morale et républicaine de défendre les populations, les institutions, les commerces, les Sénégalais. On s’organisera pour faire face ».

Faire face contre des Sénégalais. Qui parle ? Un vulgaire voyou ? Non, c’est plutôt un ministre de la République qui veut se substituer aux forces de l’ordre.

Un ministre qui, il n’a guère, était de l’opposition avant de transhumer pour se retrouver sous les ors de la République.

Son discours va-t-en-guerre est plus liberticide que celui contre qui lui et les gens de son nouveau camp de l’alliance « mbourou ak soow » veulent se dresser.

A propos de « mbourou », on n’en trouve plus dans nos kiosques encore moins dans nos boutiques et boulangeries mais le Chef s’en tamponne !

Pour en revenir à notre ministre va-t-en-guerre, c’est comme s’il y avait dans ce charmant pays deux catégories de Sénégalais. Les bons et les mauvais.

Les premiers étant toujours du côté du pouvoir. Autant l’opposant a le devoir de se mettre à la disposition de la Justice, autant un ministre de la République ne peut se substituer aux forces de l’ordre.

Tenir un discours aussi irresponsable relève du crétinisme d’un pyromane. Nous n’avons pas encore pansé nos blessures de mars dernier qu’ils veulent encore rajouter une louche d’huile sur le feu.

En ces périodes si difficiles pour notre économie, il nous faut être lucides. Ce procès de l’opposant candidat à la mairie de Dakar n’est point une urgence.

Mais puisque les pyromanes sont à l’affut. Tant pis !!!

Articles similaires

Laisser un commentaire