Dakar-Echo

Les populations de l’île à Morphil ont marché pour réclamer la réhabilitation de la route Diatar-Alwar

Les populations de l’île à Morphil ont marché pour réclamer la réhabilitation de la route Diatar-Alwar

Le collectif des populations de l’ouest Ile à Morphil a organisé une marche de protestation pour dénoncer le non-respect des engagements souscrits par autorités gouvernementales au sujet de la réfection et de la réhabilitation de la route Diatar/Alwar dans le département de Podor.

Une promesse que ces dernières avaient faite à l’endroit de ces populations Al Pulhaar résidant dans ces localités lors du Conseil interministériel délocalisée qui s’est tenu à Saint-Louis en 2012.

6ans depuis que cette décision de goudronner avait été annoncée et jusqu’à présent les ressortissants de ces localités du Foutah continuent encore d’attendre un projet qui tarde à être finalisé. ‘’Nous sommes vraiment déçus de nos autorités gouvernementales qui nous avaient donné l’assurance que les travaux débuteront dans moins d’un an mais malheureusement nous attendons toujours. Et pire encore, nos souffrances se sont accrues car se déplacer dans cette zone sur cette route vétuste pour rejoindre Diatar, Alwar ou une autre localité dans l’ile à Morphil, c’est la croix et la bannière, nous explique Ousmane Sy, responsable et membre du Collectif des populations de l’Ouest Ile à Morphil.

‘’Aujourd’hui, ont ajouté les manifestants qui ont marché pendant plusieurs kilomètres sur cette route en piteux état pour manifester leur colère envers les pouvoirs publics, nous ne comprenons pas pourquoi cette réhabilitation tarde encore à être effective d’autant plus nous avons eu à interpeller plusieurs fois nos représentants ministériels au niveau du gouvernement.

D’ailleurs, à plusieurs reprises, le président de la République a réitéré cet engagement en assurant que le financement était bouclé et que les travaux allaient commencer incessamment, mais ce que nous constatons est qu’à la date d’aujourd’hui rien n’a été entrepris allant dans le sens de réhabiliter ce tronçon.’’

Il faut rappeler que cette partie de l’Ile à Morphil polarise quelques 18 villages est une zone agricole qui connait un essor non négligeable. Une importante quantité de riz y est y produite mais aussi d’autres spéculations comme la tomate et l’ognon pour ne citer que ces produits. Des produits qui souffrent d’un problème d’écoulement à cause d’un manque criard d’infrastructures adéquates notamment en matière de pistes de productions et de lieux de conservation..

Les populations des villages de Diatar , de Alwar et de toutes les autres localités environnantes ont rappelé qu’elles ont longtemps souffert de cette situation dans le passé à cause de ce manque d’infrastructures routières , en atteste l’exemple des inondations de 1999 qui constituent des souvenirs vivaces dans la mémoire de ces populations.

Les eaux du fleuve qui avaient débordé et sorti de leur lit avaient englouti le village de Donaye, de Donaye Taredji et causé beaucoup de désagréments aux résidents de ces localités .Une situation très douloureuse pour ces populations qui avaient tout perdu lors de ces crues.

Mais, ce que tout le monde retiendra reste et demeure la responsabilité de l’Etat qui n’a pas su jouer convenablement son rôle de défenseur et de protecteur des citoyens pour n’avoir pas pu concrétiser dans les délais les doléances de ces populations qui avaient toujours alerté. Aujourd’hui, on se rappelle encore le manque de pistes adéquates, la difficulté d’accès pour rejoindre le village avait rendu très difficile les opérations de secours.

‘’Tout cela fait mal, mais, ce n’est malheureusement pas le pire. Ce qui heurte beaucoup plus, c’est ce manque de considération de nos autorités que nous constatons.

C’est pourquoi le collectif n’exclut pas de passer à d’autres actes citoyens et légitimes pour exiger le respect de cette décision et le démarrage immédiat des travaux de ce tronçon qui représente beaucoup de choses pour les populations de cette zone du Foutah’’, a ajouté Ousmane Sy porte-parole du collectif

Dakaractu

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire