Dakar-Echo

Les marabouts du Sénégal

Les marabouts du Sénégal

Les enfants de Guinée-Bissau seraient victimes de mauvais traitements et de trafic de la part des marabouts des écoles islamiques sénégalaises

Certains parents de Guinée-Bissau se résignent à envoyer leurs enfants dans des écoles au Sénégal face aux manque d’infrastructures locales. Ces enfants étaient sensés vivre à l’école islamique, le Daara, jusqu’à la fin de leur éducation.

Malheureusement des organisations humanitaires retrouvent régulièrement ces enfants à la rue et tentent alors de retrouver les parents. Ces enfants sont victimes de trafic d’êtres humains et forcés à mendier par leurs marabouts.

Le trafic des marabouts
Des milliers d’enfants en habits élimés mendient dans les rues des villes sénégalaises. Certains reçoivent des coups si ils manquent d’atteindre leur objectif de 1$ par jour pour leurs marabouts, ou « professeurs ». Ces élèves sont connus sous le nom de Talibe ; les élèves d’écoles coraniques. Des associations humanitaires accusent certaines écoles d’être en réalité des escroqueries déguisées en instituions religieuses. Ceci leur permet d’exploiter et de se livrer au trafic d’enfant dans plusieurs nations ouest-africaines.

Malheureusement pour certains parents ayant connu le même calvaire ceci est un rite de passage. Mendier et recevoir des coups font partie de l’expérience. Il semble cependant que le gouvernement du Sénégal ait décidé de réagir. Ceci vient du fait que toutes les organisations s’attendent à une augmentation du nombre d’enfant venant de Guinée-Bissau. Les origines de ces pratiques sont à trouver dans l’absence de connaissances sur le sujet, les croyances des parents et leur envie que leur enfant reçoive une éducation à tout prix. Si des institutions existaient dans la région les enfants n’iraient jamais dans ces « écoles ».

Un problème social d’ampleur
Un tiers des enfants de Guinée-Bissau ne reçoivent pas d’éducation. La plupart du temps c’est parce qu’il n’existe aucune école à proximité. Souvent quand les écoles existent, les professeurs ne sont pas payés pendant de longues périodes et ne peuvent rester.

Pour de nombreux parents les coups et mendier font partie d’une éducation normale ; il faut payer pour le logement des enfants. Les associations humanitaires préviennent cependant que cela fait partie de l’arnaque des trafiquants. Selon les Nations Unies, les enfants qui mendient génèrent 8 millions de dollars par an pour les professeurs coraniques de Dakar. De leur côté les enfants sont souvent malades, mal habillés et sous alimentés.

Pour certaines ONG ces conditions relèvent de l’esclavage moderne. On dénombre par ailleurs de nombreux cas d’abus sexuels et de morts d’enfants entre 2017 et 2018. Heureusement les discussions et l’information des parents semble progresser.

On estime qu’il y a 100 000 Talibes au Sénégal dont 20 % à 40 % viennent de Guinée-Bissau. L’absence de financement et de données empêche d’avoir une vision plus claire de la situation. Il arrive que certains marabouts soient arrêtés alors qu’ils font passer la frontières à leurs élèves mais la plupart passent encore sans encombre.

Illicit Trade

Articles similaires

Laisser un commentaire