Dakar-Echo

Les familles menacées de démolition à la Cité du Port en appellent à Serigne Cheikh Sidy Moctar

Les familles menacées de démolition à la Cité du Port en appellent à Serigne Cheikh Sidy Moctar

Le collectif des habitants de la cité du Port à Colobane monte au créneau à travers leurs pools d’avocats.

Plus de vingt 20 familles dont les maisons sont menacées de démolition ont tenu une conférence de presse avec à leur tête As Malick NDAW (fils de feu l’ancien président de l’Assemblée Nationale Abdoul Aziz NDAW) et Ndèye Fatou Touré (ancienne députée) ce vendredi 13 octobre pour alerter l’opinion,  les pouvoirs publics et aussi le khalife Général des Mourides Serigne Cheikh Sidy Makhtar.

En cause, la démolition programmée de leurs maisons acquises depuis plus de soixante ans par un décret signé du président Macky Sall et du préfet de Dakar

Le président du collectif, El Hadji Malick Ndao, estime qu’ «il est hors de question de prendre leurs maisons. Le président Macky Sall a pris un décret attribuant cette partie de la Cité du Port à la mosquée Massalikoul Djinane pour la mise en place d’un institut islamique ainsi que d’un parking qu’ils avaient oublié lors de la conception des plans de la mosquée alors que ces maisons ont été acquises par nos parents et grands-parents à la sueur de leur front depuis plus de soixante ans maintenant. » Ils se sont trompés lors de la conception des plans, ils n’ont qu’à assumer leur responsabilité et assumant leurs erreurs.

Pour un des avocats du collectif, l’ancienne députée Ndèye Fatou Touré, le président Macky Sall a été trompé en prenant ce décret.

Elle reproche aux services techniques d’avoir failli à leur mission et induit le chef de l’Etat en erreur et demande au chef de l’état de corriger rapidement le tir en annulant ce décret. 

« Au nom de la loi, les détenteurs de titres fonciers à la Cité Port doivent être rétablis dans leurs droits », a plaidé Me Ndèye Fatou Touré.

Le collectif qui compte rencontrer le Khalife Général des Mourides dans les prochains jours pour le sensibiliser espère avoir gain de cause auprès de lui afin que ce dernier soit leur porte-parole auprès des autorités pour des titres fonciers dont certains datent de plus de 65 ans selon les avocats.

Selon un porte-parole « tout le monde était content lorsqu’on a appris que la mosquée allait être érigée ici, c’est comme si on avait déplacé Touba jusque chez nous, mais pour construire un parking sur nos maisons pour un institut, cela nous ne l’accepterons pas, il va falloir qu’ils marchent sur nos cadavres pour faire les parkings pour l’institut ».

Notons au passage que la maison de Abdoul Aziz NDAO, l’ancien président de l’Assemblée Nationale du Sénégal jusqu’à sa mort le 12 février 2011 figure parmi celles-ci

dakarecho@gmail.com'
Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire