Dakar-Echo

Les délégués su personnel de la Lonase envoient Baïla Wane vers la CREI

baïla-waneLe collège des délégués du personnel de la Loterie nationale sénégalaise (Lonase) pointe un doigt accusateur vers l’ex-directeur général de la société, Baïla Wane, dans l’affaire du détournement de l’argent de la Lonase vers le Liban.

Lors d’un point de presse tenu hier, jeudi 26 février, au siège de la Lonase, Seydou Mboup, secrétaire général de ce dit collège et cie ont invité le procureur spécial près la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) à se saisir de ce dossier.

L’ancien directeur général de la Loterie nationale sénégalaise (Lonase), Baïla Wane, qui avait vécu pas mal de déboires avec Dame justice dans l’affaire Panafricaine des jeux avant de bénéficier d’un non-lieu, pourrait être à nouveau inquiété par le maître des poursuites.

Le nouveau militant de l’Alliance pour la République qui a récemment échangé sa tige de maïs jaune bleu du PDS pour le cheval marron beige de l’APR est accusé par le collège des délégués du personnel de la Lonase d’être derrière l’affaire de détournement de l’argent de la Lonase vers le Liban.

Lors d’une conférence de presse tenue hier, jeudi 26 févier, à propos d’un article paru dans le quotidien «Libération» et faisant état d’un détournement de plusieurs milliards de francs des caisses de la Lonase vers une banque établie au Liban, le collège des délégués du personnel de la Lonase a notamment pointé son doigt sur l’ancien Dg de la Lonase.

Estimant que l’implication de Baïla Wane dans ce pillage de l’argent de la Lonase vers un compte ouvert à la Almawarid Bank, sise au Liban, ne fait aucun doute, Seydou Mboup, le secrétaire général de ce dit collège et cie disent disposer des éléments probants et très compromettants à l’encontre de l’ancien Dg.

A leur en croire, le modus operandi a été le remplacement du contrat d’informatisation des prises de Pari mutuel urbain (PMU) signé entre la Lonase et Periferic material control (PMC) en 2006, suite à un appel d’offre international portant sur la couverture technique de l’ensemble du réseau commercial pour un coût de trois milliards par un autre bail à tripartite du même objet.

Ce dernier, paraphrasé par Baïla Wane, le 1er octobre 2009, est établi entre la Lonase, Trust Brokerage Group (Tbg) et le groupe Editec qui agissait pour le compte de TBG, en qualité de partenaire technique pour l’informatisation du système de gestion et de fonctionnement des activités relatives aux jeux de courses de chevaux.

En contrepartie de son apport technique, Tbg qui n’avait pas de statut et n’existait que sur le papier, d’après les délégués du personnel, percevait mensuellement des redevances à hauteur 129 millions de la Lonase avant de verser, à son tour, une partie de cette somme à Editec.

Poursuivant leur argumentation, Seydou Mboup et cie assureront par ailleurs que cette rupture du contrat avec PMC s’est fait au moment où celui-ci était à un niveau de réalisation de 63% et la Lonase à 851 millions du terme de ses engagements financiers pour acquérir à titre définitif tout le dispositif d’exploitation.

Qualifiant ainsi cette situation de simulacre de rupture, le collège de délégués a accusé l’ancienne direction de la Lonase d’être à l’origine de cette opération et a plaidé pour l’autosaisie du procureur spécial près la CREI.

Selon eux, le modus operandi utilisé dans ce dossier est le même que celui mis en œuvre par ceux qui sont poursuivis pour enrichissement illicite devant la Crei.

«Pour provoquer la rupture du contrat, la direction générale avait délibérément refusé d’honorer les obligations financières de la Lonase vis-à-vis de PMC, poussant ainsi ce dernier à arrêter ses prestations.

Ainsi, la rupture avec PMC fut consommée et systématiquement, un nouveau contrat entre Lonase, TBG et EDITEC fut signé sans appel à la concurrence pour une durée de sept ans avec des clauses financières inadmissibles engageant la Lonase», ont-ils fait savoir.

Nando Cabral GOMIS 

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire