Dakar-Echo

Les biens saisis de l’ex premier ministre malaisien s’élèvent à 234 millions d’euros environ

Les biens saisis de l’ex premier ministre malaisien s’élèvent à 234 millions d’euros environ

Des biens saisis dans le cadre de l’enquête pour détournements de fonds visant l’ex-Premier ministre malaisien Najib Rajak, incluant des bijoux et des sacs de luxe, sont estimés jusqu’à 234 millions d’euros, a annoncé mercredi la police locale.

« Le coût total de tous les biens, le prix au détail, va atteindre de 910 millions à 1,1 milliard de ringgit », a déclaré le chef du département de la délinquance financière, Amar Singh, lors d’une conférence de presse, soit l’équivalent de 194 millions à 234 millions d’euros.

Les bien saisis antérieurement comprennent 116 millions de ringgit (24 millions d’euros) en liquide dans 26 devises, quelque 12.000 bijoux, des centaines de sacs à main de grandes marques ainsi que de nombreuses montres, a-t-il ajouté.

« Je crois qu’il s’agit de la plus grande saisie dans l’histoire de la Malaisie », pays d’Asie du Sud-Est de 32 millions d’habitants, a observé M. Amar.

En mai, la police avait révélé avoir saisi des centaines de cartons contenant des sacs à mains de luxe remplis d’argent et de bijoux, lors de perquisitions dans le cadre de l’enquête pour détournements de fonds visant M. Najib, qui fut Premier ministre de 2009 à mai 2018. Les marchandises confisquées avaient été découvertes dans des copropriétés de luxe dans un immeuble haut de gamme du centre de la capitale Kuala Lumpur.

L’immense collection de bijoux comprenait 1.400 colliers et 2.200 bagues. Le bijoux le plus cher était un collier dont la valeur est estimée à 6,4 millions de ringgits (1,3 million d’euros), a précisé M. Amar.

Au total, 567 sacs à main de grandes marques ont été confisqués, parmi lesquels 272 sacs Hermès évalués à 51,3 millions de ringgit (10,9 millions d’euros), a observé la police, ajoutant que les autres sacs à mains étaient toujours en cours d’estimation.

Les saisis comprennent aussi 423 montres évaluées à 78 millions de ringgit (17 millions d’euros) et 234 paires de lunettes.

Le nouveau gouvernement issu des législatives du 10 mai, dirigé par le Premier ministre Mahathir Mohamad, 92 ans, avait annoncé qu’il souhaitait récupérer les fonds détournés de la société publique 1Malaysia Development Berhad (1MDB), créée par M. Najib peu après son arrivée au pouvoir en 2009, et endettée aujourd’hui à hauteur de 10 milliards d’euros. L’ex-Premier ministre, soupçonné d’avoir détourné environ 640 millions d’euros, a toujours nié toute malversation.

L’épouse de ce dernier, Rosmah Mansor, était très impopulaire en raison de ses dépenses extravagantes, notamment des sacs à main de grande marque et des vêtements de luxe.

Le régime de M. Najib s’était attaqué à tout ce qui touchait à 1MDB, faisant clôturer des enquêtes sur le scandale, écartant des voix critiques du gouvernement à l’égard de l’affaire, muselant les médias et procédant à des interpellations de personnes évoquant le scandale.

Cette affaire, qui secoue la Malaisie depuis plusieurs années, a largement contribué à la défaite cinglante aux législatives de l’ancienne coalition qui était au pouvoir depuis 61 ans et était dirigée par M. Najib.

Peu après la prise de fonction de M. Mahathir, M. Najib s’est vu interdire de quitter la Malaisie, alors qu’il s’apprêtait à se rendre à l’étranger.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire