Dakar-Echo

Les aveux glaçants du meurtrier du petit Ahmad Seydi

Les aveux glaçants du meurtrier du petit Ahmad Seydi

Le présumé meurtrier de l’enfant de 3 ans, tué à Malika, caché dans un sac avant d’être jeté dans la bande des filaos, a été arrêté hier, mardi 5 Mars, par le Commissariat de Police de la localité.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le présumé meurtrier a prémédité son acte odieux parce qu’il a soutenu avoir noyé le gamin dans un vase à l’intérieur de sa boutique pour se venger du père du petit garçon qui lui aurait jeté un sort et qui est responsable de la maladie dont il souffre.

Doit-il relever de l’article 50 du Code pénal prévu pour les personnes qui ne sont pas responsables de leurs actes, parce que ne jouissant pas de toutes leurs facultés ? Vu l’atrocité des faits sur un enfant de trois ans et avec l’explication tirée par les cheveux qu’il donne, on serait tenté de répondre par l’affirmative à cette question.

Mohamad Codou Thiam, le boutiquier du coin dans le quartier du garçon, est suspecté d’avoir tué Ahmad Seydi, âgé de trois ans et demi, de l’avoir mis dans un sac et balancé dans la bande de filaos de Malika. Il a finalement été interpellé par le Commissariat de Police de cette localité. Les policiers lui ont passé les menottes hier, mardi 5 Mars 2019, vers 08 h du matin.

Né en 1998 à Dioffior, le mis en cause a voulu dégager toute responsabilité en tentant de faire croire aux enquêteurs que le petit garçon s’était noyé tout seul dans un vase qu’il avait rempli d’eau à l’intérieur de la boutique.

N’ayant pas réussi à le sauver d’une noyade et par crainte d’être accusé «à tort» d’avoir ôté la vie à un être aussi vulnérable, il a eu l’idée de dissimuler le corps dans un sac et d’attendre le moment propice pour le balancer dans la bande de filaos ; ni vu, ni connu.

Mais soumis au feu roulant des questions des enquêteurs, il s’emmêle les pinceaux lors des constations sur les lieux du crime et n’aura d’autre choix que de reconnaître son acte. En plus, les résultats de l’autopsie qui ont conclu à une «mort par asphyxie avec présence d’une lésion traumatique de la région temporale» l’enfonçaient davantage et ne pouvaient donner aucune crédibilité à sa première version.

C’est ainsi que M C Thiam a reconnu avoir noyé le gamin dans la vase qui se trouvait dans sa boutique. S’il est allé aussi loin, c’était pour se venger du père de la pauvre victime qu’il accuse de lui avoir jeté un sort à l’origine de la maladie dont il souffre. 

Articles similaires

Laisser un commentaire