Dakar-Echo

Les 10 chiffres incroyables de la corruption internationale, le Sénégal gagne deux places

corruptionLa corruption n’affecterait que les pays les plus pauvres. Dans son rapport sur la corruption transnationale, l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) tord le cou à ce cliché

Dans un rapport publié mardi 2 décembre par l’OCDE, l’institution internationale souligne notamment que, contrairement aux préjugés, la plupart des pots‑de‑vin versés à l’échelon international le sont par de grandes entreprises et généralement au su de leurs dirigeants. 

Et il s’agit le plus souvent de remporter des contrats auprès d’entreprises publiques dans les économies avancées, bien davantage que dans les pays en développement – autre cliché pris en défaut.

« Nous savons maintenant que les pots-de-vin sont versés par les entreprises, dans tous les secteurs, à des agents publics de pays se trouvant à tous stades de développement économique. »

Voici la conclusion à laquelle parvient l’OCDE dans un rapport publié mardi 2 décembre et consacré à la corruption transnationale.

Après avoir analysé plus de 400 affaires – impliquant d’un côté des personnes morales ou physiques appartenant à l’un des 41 pays ayant signé la Convention anticorruption de l’OCDE, et de l’autre des agents publics étrangers -, survenues entre 1999 (année d’entrée en vigueur de la convention) et 2014, l’institution internationale dresse un portrait lui permettant, « pour la première fois, de faire face à l’ennemi ». Il peut être résumé en dix chiffres clés.

° Dans 60% des affaires, l’entreprise concernée comptait plus de 250 salariés.
Seulement 4% des entreprises associées à la transaction entachée de corruption étaient des PME. Dans 36% des affaires, la taille n’était pas connue.

° Dans près de 50% des cas, l’affaire concernait la corruption d’agents de pays au niveau de développement élevé.
« Un pot-de-vin sur cinq a été versé dans un pays dont l’indice de développement était ‘très élevé' », écrit l’OCDE, qui s’est servi de l’Indice de développement humain (IDH) élaboré par les Nations Unies. Les pays où les agents public ont reçu des propositions ou des pots-de-vin tout court incluent 15 des 19 membres du G20.

° Dans 41 % des affaires, des membres de la direction de l’entreprise ont autorisé le paiement du pot-de-vin, voire l’ont versé eux-mêmes.
Et dans 12 % des cas, le PDG de l’entreprise lui‑même a été impliqué, « ce qui réfute les présomptions selon lesquelles la corruption serait le fait de ‘salariés sans scrupules' », note l’OCDE.

° Trois affaires sur quatre ont impliqué des intermédiaires.
41% d’entre eux étaient des agents, tels que des agents commerciaux, des distributeurs et des courtiers locaux.

35 % étaient des structures sociétaires: des filiales d’entreprise, des entreprises situées dans des centres financiers ou des paradis fiscaux extraterritoriaux, ou des entreprises dont la propriété effective appartenait à l’agent public ayant perçu le pot de vin.

° Dans une majorité (57%) des affaires, l’objectif était de remporter des marchés publics.
Les pots-de-vin ont, en deuxième lieu, été versés pour faciliter des procédures de dédouanement (dans 12 % des cas) ou afin d’obtenir un traitement fiscal favorable (dans 6 % des cas).

° Dans 80% des cas, les pots-de-vin étaient proposés à des salariés d’entreprises publiques.
Ceux-ci représentent en revanche « seulement » 27% des agents ayant accepté les pots-de-vin, suivis par les agents des douanes (dans 11 % des cas), les agents d’organismes de santé publique (dans 7 % des cas) et de la défense (dans 6 % des cas).

° Des chefs d’État et des ministres ont perçu 11 % du montant total des pots‑de‑vin versés.
En termes de volumes, ceux-ci en ont toutefois accepté dans « seulement » 5 % des cas analysés.

° Quatre secteurs seulement concentrent deux tiers des cas de corruption.
Les industries extractives représentent 19% des cas, la construction 15%, ainsi que le transport et l’entreposage, 15% également, et le secteur de l’information et de la communication 10%.

Dans les 224 affaires où il était connu, le montant des pots-de-vin a atteint au total la somme de 3,1 milliards de dollars américains.

« Le montant le plus élevé offert dans le cadre d’un unique schéma de corruption transnationale a été de 1,4 milliard de dollars et le moins élevé de 13,17 dollars », écrit l’OCDE. L’institution note néanmoins qu’il ne s’agit que du sommet de l’iceberg, les transactions entachées de corruption étant occultes par nature.

° Les pots‑de‑vin versés ont représenté en moyenne 34,5 % des bénéfices découlant de la transaction concernée.
Ce montant correspond à 10,9 % de la valeur totale du contrat. Puisque, dans 41% des affaires, les sanctions cumulées ont atteint le montant de 100% à 200% des bénéfices réalisés par la transaction corrompue, « la non-rentabilité de la corruption est claire », souligne l’organisation.

Elle regrette ainsi que le délai nécessaire à la répression de l’infraction soit passé de deux ans en moyenne pour les affaires menées à leur terme en 1999 à un peu plus de sept ans à l’heure actuelle.

Pour lutter plus efficacement contre ce fléau, l’OCDE appelle les États du monde entier à alourdir les sanctions applicables mais aussi à renforcer les mesures de protection des lanceurs d’alerte.

De leur côté, les entreprises sont aussi invitée à « procéder à des diligences raisonnables et à une surveillance plus efficace », et leurs dirigeants à « montrer l’exemple ».

Le Sénégal gagne deux places en se classant 69/175 avec 43 points.

A noter que le classement du Sénégal de l’année 2013 était de 41 points et celui de 2012 à 36 points

                                              [youtube]http://youtu.be/NZaY18lzhd0[/youtube]
Le Bostwana est le premier pays africain classé, suivi du Cap vert.

Mais pour l’organisation, la corruption est un phénomène qui concerne «toutes les économies».

«Plus des deux tiers» des pays étudiés atteignent d’ailleurs un score inférieur à 50. Le résultat moyen est de 43, celui du Sénégal.

 

La Somalie, le Soudan (Nord comme Sud), la Corée du Nord et l’Afghanistan ferment la marche comme étant les pays les plus corrompus au monde. On notera à ce niveau peu de changements par rapport aux années précédentes.

Le rapport complet est à télécharger à cette adresse: http://www.transparency.org/cpi2014/results

La Turquie et la Chine épinglées par Transparency International

La Turquie et la Chine sont les pays qui accusent le recul le plus marqué dans l’indice de perception de la corruption annuel de l’ONG Transparency International publié mercredi.

L’organisation allemande, en pointe dans la lutte contre la corruption, publie chaque année un classement dans lequel 175 pays sont notés de 0 – pour les plus corrompus – à 100 – pour les plus transparents – en fonction de la perception de leur performance.

En 2014, plus de la moitié des pays se classent en dessous de 50, dont la Turquie et la Chine, qui perdent respectivement cinq et quatre points.

[youtube]http://youtu.be/CuF7-LdB-k8[/youtube]

Avec 45 points, la Turquie subit le contrecoup du scandale de corruption qui a éclaboussé le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan il y a un an.

Quant à la Chine, elle est encore plus mal classée, avec 36 points, malgré les efforts affichés par le président Xi Jinping pour faire le ménage dans les rangs du parti communiste.

Les pays jugés les plus corrompus sont la Somalie, la Corée du Nord, le Soudan, l’Afghanistan et le Soudan du Sud.

A l’autre bout de l’échelle, c’est le Danemark qui décroche la palme du pays le plus transparent avec 92 points. Il devance la Nouvelle-Zélande, la Finlande, la Suède et la Norvège, des habitués du haut du classement.

L’Ukraine (26 points) est le pays européen où la perception de la corruption est la plus élevée, un héritage du régime du président Viktor Ianoukovitch, renversé en février, tandis que l’Italie, la Grèce et la Roumanie ferment tous trois la marche au sein de l’Union européenne avec 43 points.

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire