Dakar-Echo

L’envoûtante mélodie du Cap-Vert

L’envoûtante mélodie du Cap-Vert

Cesaria Evora chantait la beauté de ces îles situées au large du Sénégal. Nature préservée, charme de l’architecture coloniale et musique dans les rues, cet archipel atlantique séduit par sa forte identité et sa richesse culturelle.

Les îles du Cap-Vert attirent les touristes en mal de soleil. Sal et Boa Vista drainent une large majorité de clients vers des hôtels-clubs confortables, en formule all inclusive (tout compris, en anglais), au bord de la mer. Ils ont raison de profiter des immenses plages de sable doré et des eaux émeraude de ces deux îles caressées par les vents. Les températures du Cap-Vert, estivales toute l’année – de 25 à 30 °C – en font, l’hiver, une destination privilégiée, à moins de six heures de vol direct de Paris, avec peu de décalage horaire. Le pays est calme, propre, on y mange bien et on y parle souvent le français, grâce à la proximité du Sénégal. Tout pour plaire !

Mais les Capverdiens ont d’autres choses à offrir. D’abord leur fameuse morabeza, mot créole que l’on peut traduire par « chaleureuse bienveillance ». La mixité culturelle du pays rappelle celle du Brésil. Avec ses bâtiments coloniaux, l’archipel – indépendant depuis 1975 – conserve l’empreinte des traditions portugaises.

Du matin au soir, la musique africaine investit les rues. Chaque île possède son identité, des sommets verdoyants de Santo Antao aux paysages lunaires de Sal, en passant par les dunes de sable de Boa Vista et les maisons multicolores de la capitale culturelle Mindelo. Un fabuleux voyage au pays de la chanteuse disparue en 2011, Cesaria Evora.

À Santo Antao, un bain de verdure en montagne
La plus belle île du Cap-Vert se mérite, puisque seul un ferry depuis Sao Vicente (au nord) permet d’y accéder. D’origine volcanique et montagneuse, ses paysages oscillent entre hauts sommets et vallées luxuriantes, garnies de terrasses cultivées. Canne à sucre, bananes, patates douces, mangues… c’est le grenier du Cap-Vert. Et la vallée de Paul est le paradis des randonneurs. La route côtière – d’une dizaine de kilomètres – entre Vila das Pombas et Ponta do Sol, jalonnée de villages colorés, suspendus au-dessus du vide, est une splendeur.

À Sal, visite et baignade dans les anciennes salines
Avant que les touristes ne s’approprient la sublime plage de sable blanc de Santa Maria, l’île de Sal était surtout réputée pour ses salines de Pedra de Lume, aujourd’hui inexploitées. Nichées dans le cratère d’un volcan éteint, elles ont donné leur nom à l’île. Paysage lunaire, sa grande étendue blanche est impressionnante. On peut même s’y baigner. Très chargée en iode, cette eau est bénéfique pour la peau. Les amateurs de thalassothérapie apprécieront cette destination, car les bains de boue y sont aussi possibles.

À Sao Vicente, sur les traces de Cesaria Évora
A Mindelo, capitale culturelle du Cap-Vert, on joue de la musique à toute heure et partout. C’est la ville natale de feue Cesaria Evora. Surnommée la Diva aux pieds nus, la célèbre chanteuse a fait connaître au monde entier la morna, chant mélancolique et rythmé, entre fado portugais et bossa nova brésilienne. Pourtant, l’hommage qui lui est consacré au rez-de-chaussée de l’ancien palais du gouverneur est bien modeste. Dans ce bâtiment aux façades roses, situé dans la rue principale, les visiteurs découvrent les robes de scène de l’artiste, ses disques, dont l’album « Miss Perfumado », qui la rendit célèbre en 1992, et de nombreuses photos d’époque.

À Boa Vista, la ponte des tortues marines
Symboles du Cap-Vert, les tortues marines nagent souvent près du littoral. Elles semblent particulièrement apprécier les 80 kilomètres de plages de cette île aux dunes façonnées par le vent. Des excursions nocturnes encadrées par des guides professionnels sont organisées sur la côte la plus sauvage, à l’est, pour observer les tortues sortir de l’eau et pondre dans le sable. D’août à décembre, les bébés se précipitent vers la mer. Un spectacle vraiment unique, à ne pas manquer.

Pratique
– En avion Paris-Sal via Lisbonne à partir de 400 euros avec TAP Air Portugal.
– En voyage organisé Héliades propose un circuit « Les îles au vent » : Sal-Sao Vicente-Santo Antao, comprenant les vols depuis – Paris et inter-îles, 7 nuits d’hôtel, et des excursions avec un guide. A partir de 1 589 euros par personne.
-Température moyenne : entre 25 0C et 30 0C en octobre.
– Monnaie 1 euro = environ 1 110 escudos.
– Hôtel Casa das Ilhas, à Santo Antao A un quart d’heure de marche de la route, une adresse simple mais confortable. A partir de 54 euros la chambre.
– Hôtel Belorizonte, à Sal Un club 4 étoiles, aux bungalows sur la plage, pour un séjour tout compris proposé par Héliades. A partir de 1 139 euros les 7 jours vol compris.
– Babilonia, à Santo Antao Cette maison blanche, enfouie dans la végétation, propose des spécialités, préparées avec les produits cultivés au village. Purée d’igname, côtelettes de porc et jus de mangue. Un délice à moins de 15 euros. Lajedos, sur la route entre Porto Novo et Alto Mira.
– Le Goût Grills, à Mindelo Au dernier étage d’une maison de la vieille ville, près du port, ce vaste restaurant, à la décoration en bambou, est spécialisé dans les grillades. Comptez 20 euros environ. Le Goût Grills, Rua da Praia.

Dominique Savidan

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire