Dakar-Echo

L’entrepreneur Babacar Fall arrêté dans les locaux du tribunal, il avait détruit 253 villas à Guédiawaye et narguait les propriétaires

L’entrepreneur Babacar Fall arrêté dans les locaux du tribunal, il avait détruit 253 villas à Guédiawaye et narguait les propriétaires

On le dit proche du pouvoir qui ne lui refuse rien si bien qu’il a fini par se croire intouchable. Dans ses tristes œuvres figure la destruction de 253 villas à la Cité Gadaye de Guédiawaye.

Condamné en septembre 2018 à deux ans de prison ferme par le tribunal de grande instance de Dakar qui a assorti sa décision d’un mandat d’arrêt, l’entrepreneur et politicien vaquait à ses activités comme si de rien n’était. Hélas pour lui, tout a une fin puisque hier, il a été cueilli au Tribunal et envoyé à Rebeuss. Son jugement est renvoyé au 18 février 2019 après 14 renvois en premier instance et 8 renvois à la Cour d’Appel de Dakar.

Les propriétaires de maisons dé- truites à la Cité Gadaye de Guédiawaye, regroupés au sein d’un collectif, sont très remontés contre le promoteur immobilier Babacar Fall, coupable d’avoir réduit leurs constructions en tas de gravats en 2013.

Hier après huit renvois devant la Cour d’Appel, c’est au cours de l’audience vers 11h que le collectif des impactés des 253 villas de Gadaye à Guédiawaye a reçu l’annonce de la Cour que l’entrepreneur Babacar Fall a été arrêté et mis dans les liens de la détention.

Sur ces faits, les avocats de la partie civile ont demandé le renvoi de l’audience. Sur cette arrestation, le porte-parole du collectif des impactés de la cité Gadaye, Babacar Tine, se dit très surpris de la situation puisque le prévenu avait déclaré dans des indique s’il tombait, il allait entrainer de grosses pointures de la justice sénégalaise, de l’administration et des familles religieuses du pays. Ce qui augure déjà d’un procès palpitant.

Les impactés sont venus hier en masse au tribunal pour réclamer justice
Après 14 renvois en première instance et 8 renvois à la Cour d’Appel de Dakar pour une simple demande d’exécution de mandat d’arrêt qui date du 17 septembre 2018, le porte-parole du collectif déplore ce qu’il considère comme du cinéma. « Nous ne comprenons pas le tribunal, le prévenu a été reçu dans le bureau du procureur général lors de la dernière audience tandis que l’accès nous avait été refusé », se désole le collectif.

Malgré tout, les membres du collectif déclarent toujours avoir confiance en notre Justice tout en l’appelant à faire son travail de manière correcte. Dans cette affaire, l’entrepreneur Babacar Fall avait détruit 253 villas bâties sur 4 hectares à Gadaye sans sommation ni ordonnance. « Les faits sont extrêmement graves, le premier juge avait lancé un mandat d’arrêt et tout le monde avait constaté que l’accusé ne venait pas de la maison d’arrêt lors des audiences.

Il faut que cette affaire soit jugée dans des conditions qui épousent les dispositions du code de procédure pénale », a soutenu l’avocat du collectif. Ce qui semble être fait avec l’arrestation au tribunal même, hier, du puissant entrepreneur et politicien. Affaire à suivre…

Mamadou SY

Articles similaires

Laisser un commentaire