Dakar-Echo

L’endroit le plus sale d’un aéroport n’est pas celui que vous croyez

L’endroit le plus sale d’un aéroport n’est pas celui que vous croyez

Des scientifiques révèlent que les bacs dans lesquels sont entreposées les affaires personnelles des passagers lors des contrôles de sécurité sont l’endroit où il y a le plus de bactéries dans un aéroport.

Dans un aéroport, vous aviez pensé à vous laver les mains en sortant des toilettes. Vous aviez évité de poser vos affaires sur les sièges des zones d’attente avant l’embarquement. Et les comptoirs d’enregistrement sont-ils vraiment nettoyés? Pourtant, malgré toutes ces précautions, les usagers des aéroports seront surpris d’apprendre que ce ne sont pas ces endroits qui sont les plus sales. En effet, les bacs pour poser ses affaires au moment des contrôles de sécurité sont bien plus souillés.

Une étude de chercheurs britanniques et finlandais révèle que 10% de la surface de ces réceptacles en plastique, où les passagers entreposent leurs bagages de cabine et leurs affaires personnelles (blousons, chaussures, téléphones…) lors des contrôles de sécurité avant les salles d’embarquement, présentent des germes.

« Cette étude confirme la nécessité de sensibiliser davantage le public à la propagation des infections virales », explique le professeur Jonathan Van Tram, de la faculté de médecine de l’université de Nottingham, cité par CNN.

Mise en place de désinfectants
Selon les auteurs de l’étude, réalisée à l’aéroport d’Helsinki durant l’hiver 2016, ces résultats doivent permettre de donner des idées pour des améliorations techniques pour la conception et la rénovation des aéroports. Ils suggèrent également de proposer des produits désinfectants avant et après les contrôles de sécurité constant qu’il est quasiment impossible pour les passagers de ne pas toucher les bacs en plastique.

« Les gens peuvent contribuer à minimiser la contagion des virus en se lavant les mains de manière hygiénique et en toussant dans un mouchoir ou un tissu partout, mais surtout dans les lieux publics », poursuit le professeur britannique.

D’autres endroits posent également problème selon les chercheurs. Ces derniers citent les terminaux de paiement dans les magasins, les rampes d’escalier, les comptoirs d’embarquement au moment de la vérification des passeports, les aires de jeux pour enfants et, inévitablement, l’air respiré.

Jean Louis Verdier- Bloggeur- Rédacteur en chef Digital -Paris
E-mail: dakarecho@gmail.com Tél (+00) 33 7 51 10 29 13

Articles similaires

Laisser un commentaire