Dakar-Echo

Le Sénégal assiste à une « recrudescence du nombre des départs » vers les Canaries

Le Sénégal assiste à une « recrudescence du nombre des départs » vers les Canaries

Alors que les migrants n’empruntaient quasiment plus la route menant de l’Afrique de l’Ouest aux Canaries pour atteindre l’Europe depuis le milieu des années 2000, le nord du Sénégal connait une « recrudescence du nombre de départs » vers les Canaries. Les difficultés en Libye ont obligé les migrants à changer leur itinéraire et à réactiver d’anciennes routes.

Une vingtaine de migrants sénégalais avaient disparu pendant deux jours dans une zone désertique du nord-ouest de la Mauritanie. Ils ont été retrouvés vendredi 20 juillet.

Leur embarcation a fait naufrage sur le rivage mauritanien alors qu’ils tentaient de traverser l’océan vers les Canaries pour rallier l’Europe, avec 75 de leurs compatriotes. « Soixante-quinze autres Sénégalais, dont deux femmes, ont été interceptés sur le chemin de la ville ou près de leur embarcation, qui s’est échouée sur les rivages mauritaniens après cinq jours en mer », a déclaré lors d’une conférence de presse le directeur régional de la police, Mohamed Abdallahi Ould Taleb-t-il ajouté.

Selon le responsable de la police, plusieurs passagers étaient dans un état de « fatigue extrême » et ont reçu des soins, dans l’attente de leur rapatriement au Sénégal.

Dimanche 15 juillet, les garde-côtes mauritaniens avaient déjà remorqué jusqu’à la capitale, Nouakchott, une embarcation avec 125 migrants sénégalais à bord qui était tombée en panne de moteur dans les eaux mauritaniennes.

Mardi 17 juillet, 25 candidats à l’émigration, originaires du centre et de l’ouest du Sénégal, ont été interpellés dans le pays alors qu’ils attendaient d’embarquer dans une maison d’un quartier populaire de la banlieue de Saint-Louis (ville côtière au nord-ouest du Sénégal), a indiqué la police locale.

« Recrudescence du nombre de départs » vers les Canaries

La route migratoire Afrique de l’Ouest – Canaries est-elle en train de se réactiver ? « Dans les faits, il y a plus de départs vers les Canaries mais c’est encore trop tôt pour parler d’une réouverture de route », précise à InfoMigrants Florence Kim, porte-parole de l’Organisation internationale des migrations (OIM).

Jusqu’au milieu des années 2000, de nombreux migrants partaient des côtes marocaines, mauritaniennes ou sénégalaises pour rejoindre l’île espagnole, faisant de cette route l’un des principaux itinéraires de l’immigration clandestine vers l’Union européenne. En 2006, 31 000 personnes ont débarqué aux Canaries.

Mais face à cet afflux, l’Espagne a signé à la fin des années 2000 des accords bilatéraux avec la Mauritanie et le Sénégal comprenant un contrôle accru des frontières maritimes et un renforcement des rapatriements volontaires. Ces mesures ont semble-t-il étaient efficaces puisque l’an dernier seulement 500 migrants sont arrivés aux Canaries.

Mais ces derniers mois, alors que les migrants font face à d’énormes difficultés lors de la traversée de la Libye, le nord du Sénégal connait une « recrudescence du nombre de départs », organisés par des passeurs avec souvent la complicité de pêcheurs locaux, selon un officier de la police des frontières sénégalaises.

Leslie Carretero

Jean Louis Verdier – Rédacteur en Chef Digital – Paris- Dubaï – China
dakarecho@gmail.com – Tél (+00) 33 6 17 86 36 34

Articles similaires

Laisser un commentaire